Austérité, mon oeil

mars 24, 2011

Je ne vais pas vous la rejouer « De mon temps, j’étais de toutes les manifs… », vous connaissez déjà ce refrain (ou vous pouvez le lire plus bas).

Pourquoi pas celle-ci, alors? Parce que c’est vrai, l’austérité, ça commence à bien faire, dans un pays qui passe son temps à pinailler, sauf pour envoyer des F16 faire la guerre ou sauver des banques.

Plusieurs raisons à ça:

– Les manifs, ça n’a plus d’impact. Ca fout un beau bordel, bordel largement relaté dans les médias qui omettent dans 99% de leurs reportages de parler des revendications des manifestants.

– Les manifs, dans  notre pays, c’est tellement mal concerté que ça n’a aucune crédibilité. Aujourd’hui, chaque syndicat mène « son » action de « son » côté.

– Les manifs, dans notre pays, c’est tellement mal organisé que si vous interrogez 10 manifestants, vous aurez (quand vous en avez) au moins 4 tableaux de revendications différents.

Mais au-delà de ces raisons qui malheureusement concernent une majorité des manifestations « classiques » (j’entends par là un défilé encadré dans les rues), il y a le fait qu’une manif « contre l’austérité », ça a quelque chose de vraiment très, très naïf.

Défiler contre l’austérité, c’est permettre à nos dirigeants de dire qu’ils nous ont compris, qu’ils savent que c’est dur pour tout le monde mais que c’est pour un mieux.

Défiler contre l’austérité, c’est permettre aux mêmes dirigeants d’étaler sous nos yeux ovins l’immensité de nos besoins et les difficultés à y répondre, avant de nous renvoyer dans nos pénates pour regarder si on passe dans le poste, satisfaits d’avoir été nombreux et entendus.

Défiler contre l’austérité, c’est accepter de fermer les yeux sur le vrai problème de notre société.

Le vrai problème de notre société, c’est que de l’argent, elle en a. Elle en a même beaucoup.

Assez pour envoyer des F16 à la guerre ou sauver des banques. Pour faire des choix politiques plus que douteux au regard (et au détriment) de ce que elle-même appelle « les vrais problèmes de notre société » et dont elle s’occupe à peine (quand elle s’en occupe). Mais cette partie-là du problème, on en est tous responsables, nous dit-on, parce qu’on l’encourage via les urnes.

Mais en plus, et surtout, notre société, elle a plein de pognon qu’elle ne redistribue pas.

Qu’on exige que tout le monde participe de manière juste (et donc proportionnelle) à la solidarité nationale. Qu’on taxe ce qui ne l’est pas (ou qui l’est insuffisamment). Les loyers. Le boursicotage. Les fortunes.

Tout le monde est contre l’austérité. Sauf les riches.

L’austérité, les riches adorent. C’est prendre aux pauvres pour stabiliser l’économie et enrichir les riches. Les riches qui exigent l’austérité au nom de la responsabilité et qui font porter la responsabilité des déséquilibres aux escl.. aux travailleurs et aux assistés sociaux qui coûtent trop cher.

Arrêtons de réclamer des choses au système. Refusons le système. Exigeons de nos politiques qu’il reprennent les rênes du pouvoir aux financiers (même si donner, c’est donner, reprendre, c’est voler).

Après, nous pourrons assumer nos responsabilités. En choisissant des décideurs et non des pions. Aux urnes.

Publicités

6 Réponses to “Austérité, mon oeil”

  1. Nicolas Esprime said

    « Nuages sur l’Europe sociale ! Le 24 mars, la FGTB se mobilise aussi pour vous…

    » Le saviez-vous ?

    » Ces 24 et 25 mars, Bruxelles accueille un Sommet européen au cours duquel les 27 chefs d’État et de Gouvernement prendront des décisions cruciales en matière de « gouvernance économique ».

    » […] »

    » La FGTB propose une autre Europe, qui organise:
    – la solidarité entre les États, sans supprimer les mécanismes de solidarité au sein de ceux-ci;
    – le développement d’une politique sociale et économique au profit de tous les citoyens;
    – la promotion du développement durable, d’emplois de qualité, de salaires décents, de services publics forts et accessibles à tous;
    – la régulation du monde de la finance, le contrôle des agences de notation et le développement des banques publiques;
    – la taxation des transactions financières et de la spéculation.

    » […] »

    (http://www.fgtb.be/web/guest/news-fr/-/article/180447/&p_l_id=10624)

  2. Fab said

    Joliment dit !

  3. commentaire said

    Les manifs ca sert à rien de nos jours?
    Celles des protos démocrates non plus?
    moi je dis, vaut mieux être naif qu’aigri.
    Et Kroll fait dire à merkel la meme chose que toi :

    http://mediatheque.lesoir.be/v/le_kroll/754NO_TEXT.jpg.html

    • annelowenthal said

      La plupart non… tu as entendu parler de cette manif dans les journaux du matin? Pas moi. Tu en as entendu parler hier? Pas moi. A part du bordel sur les routes. (Je parle de la radio).

      Une manif, pour avoir une portée sur le fond, ça doit se faire de manière décalée, hors des sentiers délimités par les autorisations communales. Par exemple celles de Manifestement et d’autres. Ou alors ça doit être énorme, colossal, insurrectionnel, sur la durée…

      Merkel dit « Naïfs » chez Kroll, mais ce n’est pas étayé! :-))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :