26-11-2011 Bruxelles – Rave Party. Chronologie des événements (seulement ceux auxquels j’ai assisté)

novembre 28, 2011

–         Le mardi 22 novembre 2011, Sarah Bachelart ouvre un événement FB « Rave Party Rue dela Loi ». L’idée de Sarah : « Nos pauvres hommes politiques, ils font des calculs au gouvernement toutes les nuits et sont trop fatigués pour établir un budget… ils en ont ras-le-bol! Alors nous, Citoyens du royaume de Belgique aux coeurs vaillants, on va les encourager en organisant une grosse fête rue dela Loi… »

–         Ce qui au départ était une boutade recueille très rapidement un franc succès et Sarah décide d’assumer la démarche. Maco Meo et deux autres personnes sont associées à l’événement.

–         Le mercredi 23 novembre, Monsieur Logghe, de la sûreté de l’Etat contacteAnne Löwenthal, qui lui confirme qu’une fête est prévue à la rue de la loi le samedi 26 novembre à 22h et que les trois personnes précitées sont conscientes que cet endroit est situé en zone neutre. Anne Löwenthal explique les raisons de cette présence « hors autorisation » (l’absurdité de demander à un système une autorisation pour exprimer sa désapprobation envers ce même système, a fortiori un système qui ne remplit pas ses obligations depuis des mois) et précise qu’il ne s’agit pas d’une manifestation, mais d’une fête. Et en aucun cas d’une démarche contre les forces de l’ordre, ce qui signifie que si ces dernières font leur travail, la rave party ira s’installer ailleurs, en zone non-neutre.

–         Monsieur Logghe demande à Anne Löwenthal si elle compte dans ce cas lui demander une autorisation pour un autre lieu et lui suggère la place du Trône ou la place Royale. Anne Löwenthal lui répond que non.

–         Finalement, un deal est passé :la Rave se dirigera vers la rue dela Loi. Si elle en est chassée, elle s’en ira vers la place Royale. Anne Löwenthal demande à Monsieur Logghe s’il n’y aura pas de problème, il lui confirme que non, si elle lui dit où la rave ira, il n’y aura pas de problème.

–        Anne Löwenthals’engage auprès de Monsieur Logghe à préciser dans le groupe qu’il s’agit d’une fête, qu’en aucun cas une action de rébellion ou des actes violents ne sont envisagés et que chacun y prendra ses responsabilités d’adulte. Anne Löwenthal ajoute que si des individus s’obstinent cependant dans cette voie, aucun des administrateurs de l’événement facebook n’en sera responsable, ce à quoi Monsieur Logghe acquiesce.

–         Le samedi 26 novembre, Maco Meo et Anne Löwenthal se rendent au lieu de rendez-vous : l’esplanade de l’ING, à Trône. Elles y sont interpellées par la police, qui leur demande leurs cartes d’identité, les photographient et leur signale qu’elles seront probablement mise à l’amende en tant qu’organisatrices de l’événement. Maco Meo et Anne Löwenthal précisent qu’elles ne sont que des administratrices d’un événement Facebook.

–         La police leur explique que cet événement n’aura pas lieu, n’ayant pas fait l’objet d’une autorisation. Anne Löwenthal leur explique la discussion du mercredi avec Monsieur Logghe. Entretemps arrive un collègue de ce dernier, qui la salue et explique aux policiers, en néerlandais que c’est ok, « elles ont l’accord ». Une discussion est entamée entre ce Monsieur et les policiers.

–         Sarah Bachelart, qui avait garé le camion plus loin en prévision du départ de la rave, arrive alors et prend la parole pour saluer les gens présents au rendez-vous et rappeler la philosophie de l’événement, insistant sur son aspect purement festif et non-agressif. Elle passe ensuite la parole à Anne Löwenthal, qui explique qu’on attend des infos des autorités.

–         Les autorités demandent à Anne Löwenthal d’annoncer aux gens présents sur la place qu’ils ont 10 minutes pour évacuer le lieu. Ceux qui y resteront seront arrêtés.

–        Anne Löwenthal s’exécute, précise qu’elle compte rester sur place mais que chacun doit prendre ses responsabilités.

–         Après 5 minutes, des gens qui souhaitent quitter la place en sont empêchés par les forces de l’ordre qui encerclent la place. Parmi eux, des journalistes et des individus arrivés sur la place par hasard, sans aucune intention de prendre part à la rave.

–         Le cercle policier se resserre progressivement autour des gens restés sur la place, jusqu’à ce que ceux-ci soient compressés.

–         Les autorités invitent Anne Löwenthal à sortir et lui déclarent que si elle évacue les gens revenus soutenir les personnes encerclées, tout le monde sera libéré.

–        Anne Löwenthal consulte Sarah Bachelart et d’autres personnes présentes dans le cercle policier, déclare aux autorités qu’on ne peut pas leur faire confiance et refuse. Les autorités insistent en affirmant que si. Anne Löwenthal leur énumère les diverses raisons qui justifient qu’à ses yeux, non (le coup de fil de Monsieur Logghe, la confirmation en début de soirée, le traquenard de la police), et leur déclare que si les gens à l’intérieur du cercle policier sont libérés, elle fera évacuer l’esplanade. Les autorités refusent.

–         Les gens à l’intérieur du cercle policier en sont extraits un à un. Leur mains sont entravées derrière leur dos à l’aide de colsons et elles sont assises de force sur le sol, en « chenille ».

–         A diverses reprises, les gens restés dans le cercle policier demandent aux policiers de ne pas les brutaliser et d’arrêter de les compresser. Des appels au calme sont lancés par les administratrices de l’événement facebook, y compris à la police. A part l’un ou l’autre énervement verbal, aucune provocation n’a été faite envers la police, dont certains membres se montrent brutaux, frappant le dos des participants avec leur bouclier, les compressant de plus en plus ou les tirant très violemment hors du cercle pour les entraver. Un policier ordonne à une personne de se taire, parce qu’elle lui demande de ne pas la brutaliser.

–         Une participante, déjà entravée par le colson, fait une crise respiratoire. Après de nombreux appels aux forces de l’ordre, celles-ci extraient la participante en crise de la « chenille » et l’assoient, toujours entravée. Sarah Bachelart, qui leur crie de lui libérer les bras et d’appeler un médecin, s’entend répondre « Ta gueule, poulasse ! » par un policier. La participante en crise tombe en syncope, se réveille et est emmenée, tremblante et toujours entravée, au combi.

–         Les personnes arrêtées sont emmenées aux Casernes d’Etterbeek, où elles sont mises en cellule, les femmes d’un côté, les hommes de l’autre. La lumière est éteinte chez les hommes.

–         Une des femmes ayant vainement tenté d’obtenir une visite aux wc est contrainte d’uriner dans la cellule. Une autre fait une crise d’angoisse. La police derrière la porte est longuement appelée avant de réagir.

–         Les personnes arrêtées sont extraites des cellules, privées de leurs objets, lacets et écharpes et réparties dans des cachots très froids, où elles passeront la fin de la nuit. Elles recevront deux verres d’eau et réclameront en vain des couvertures. « Si nous en avions, nous vous en donnerions », répondent des policiers aux demandes répétées qui leur sont faites dans ce sens.

–         Peu avant 6h du matin, les cachots commencent à être évacués. Des femmes, parmi lesquelles les trois administratrices du groupe facebook, sont d’abord conduites dans un bus de la police, sans information et véhiculées dans Bruxelles. Certaines ont un conjoint ou des amis restés à la caserne. Toutes n’ont pas de GSM. Toutes ne connaissent pas Bruxelles. A la gare centrale, le bus s’arrête et ordre est donné aux dix premières personnes assises de descendre. Maco Meo s’insurge et déclare aux policiers qu’ils ont pour rôle de protéger la population et qu’on ne lâche pas une femme seule dans les rues d’une ville la nuit. Finalement, les groupes peuvent s’organiser librement. Le second groupe sera déposé gare du Midi.

Publicités

13 Réponses to “26-11-2011 Bruxelles – Rave Party. Chronologie des événements (seulement ceux auxquels j’ai assisté)”

  1. Julien said

    Commencer une rave party et finir à faire la chenille (qui ne redémarre pas), c’est un peu du surréalisme… à la belge!

    Note à part. Je trouve que ces messieurs de la police (y compris ceux de la sureté) n’ont finalement pas grand chose à faire de leur temps.

  2. JPG said

    Comme je trouvais l’idée intéressante de faire la fête dans ce pays aux allures de limace, j’ai été à la rave. Et comme la plupart des autres participants, j’ai été capturé très rapidement par des policier particulièrements violents.
    Que ceux qui critiquent la rave en question, en affublant les participants des qualificatifs des plus négatifs, que faisiez vous pendant que de jeunes idéalistes étaient à la merci d’une bande de mercenaires sauvages et méprisants ?
    Vivez la situation avant de faire les blasés, vous avez déjà un pied dans la tombe.
    Cette initiative avait des défauts, mais elle avait le mérite d’exister dans une société soporifique. Curieux paradoxe ou la plupart des citoyens affirment qu’il faut tout changer, alors que personne ne s’engage.
    Quand on est ainsi embarqué par la police, qui déploie de manière brutale des moyens totalitaires, on perçoit mieux l’illusion qu’entretient l’ensemble du corps social sur la liberté et la démocratie.
    Notre démocratie n’existe pas.
    Le rôle que chacun de nous joue pour sa survie dans un monde absurde, se déroule comme dans un vaste jardin d’enfants qui englobe les différents aspects de la vie sociale, et ou les désobeissants subissent les punitions,

  3. Luc said

    La police de Bruxelles est déjà débordée de manifs créées par des illuminés, des irresponsables et n’ont plus le temps de faire du vrai travail de police.
    Quel honte ces gens, qui se plaignent d’une police qui est une des plus « softs » du monde.
    Un peu plus d’intelligence et de créativité pour exprimer vos opinions vous feraient le plus grand bien.

    • annelowenthal said

      On est bien d’accord. La police a à faire. Elle n’a pas le temps pour jouer à organiser des traquenards,à grands renforts d’hommes et de matériel. C’est en effet très irresponsable.

      • Heline said

        Si elle est la plus soft du monde, Luca, c’est sûrement aussi parce que le belge est mou / même réputation portée sur la police et le citoyen belge qui soit disant ne se révolte pas mais d’où viennent ces certitudes??? T’es tu posé cette question là? Ca veut dire quoi illuminé? A Partir de quand le devient on ? Dès qu’on invente quelque chose?…de toute façon, illuminé, c’est une belle insulte je trouve. Mais des irresponsables je ne suis pas d’accord. C’est justement le désir d’être d’avantage responsable et de prendre part aux questions politiques qui anime notre pays qui a poussé ces personnes à imaginer (et le plus grand pouvoir de l’homme c’est l’imagination : sans ça pas de téléphone, pas d’internet, pas de post it par exemple et tout ce qui peut te servir au quotidien sur cette planète) cette sympathique réunion. Apparemment l’humour est interdit ! Si elle était soft cette police, elle aurait regardé le sourire en coin ces jeunes s’amuser et débattre des questions dont débattaient nos hommes politiques. Il est important que le peuple puisse se réunir. Si l’on interdit cela, alors on se pose la question de la démocratie… As tu lu le récit des évènements de samedi soir, n’es tu pas choqué que des êtres humains aient été traités de cette façon par d’autres êtres humains alors qu’ils ne tentaient pas de renverser l’état (lol) ou d’interrompre les discussions.. Juste soutenir des hommes politiques fatigués. Allez c’est ça qui m’inquiète, c’est que notre sois disant démocratie, des personnes soient traités de cette façon et que toi, ça ne t’inquiète pas !!!!!!!!!!

  4. Merci de ces précisions, Anne. J’en suis à la rédaction de mon prochain billet – consacré à cette affaire – et je tiens à être parfaitement « objectif » dans la narration de ces lamentables évènements. Cela dit, je regrette de n’avoir pas pu partager avec vous toutes et tous cette épreuve; qui en dit long sur l’état de déliquescence de notre démocrassie…
    Je te salue très cordialement et j’espère que tu es remise de tes émotions. Question : avez vous pensé porter plainte pour arrestation abusive ou autres motifs ?

    Jean-Pierre L. Collignon, l’Indispensable

    • annelowenthal said

      Merci beaucoup!!
      Ca va, remise, enfin on verra quand j’aurai dormi assez 🙂 on est plusieurs à porter plainte oui, mais on est en train de consulter pour voir sous quelle forme

  5. Damien Mhx said

    Est-ce que vous avez reçu une amande les organisatrices ? Si oui p-e que nous autres qui avons profité de cette rave aux casernes pouvons nous cotisé, avec quelques 100 interpellés, c’est jouable 😉

    • annelowenthal said

      Ca c’est sympa! On ne sait pas, ils nous ont dit, à Maco et moi, qu’on en aurait mais là, no news. Je ne pense pas qu’ils feront ça. Et si oui, franchement, ils seront juste ridicules. On ne peut pas nous condamner sur base d’intentions qu’on nous prêtait. Ils ne nous ont même pas laissés commencer la fête. Et on a dit publiquement qu’on n’irait pas rue de la loi si on nous l’interdisait.

  6. JPG said

    Que fait la police… quand à 21h quand je prend le métro à la station Riboucourd et qu’ une bande de doux dingues planes en fumant de l’héro sur le quai de la station métro ou quand toute les 30 secondes une voiture passe au rouge au carrefour de la Ch. de Louvain et de la rue de Pavie. La ville est un cloaque ou les flics ne s’aventurent que s’ils sont certains de gagner. Sans parler des policiers du quartier nord-Est qui au square Ambiorix préférent déguster dans un magasin espagnol le soir entre 18 et 20 heures les bons vins alors que le client peine à se trouver un passage face aux pandors pour choisir une bonne bouteille dans le sillage de cette compagnie malodorante et que le square est le théatre de toutes les incivilités.

  7. GLINEUR said

    Outré de la manière dont les policiers se sont comportés à votre égard, . Outré qu’ils aient abusés de leurs prérogatives en entravant des citoyens qui ne font qu’exprimer un ras le bol.

    En fait , tout comme le gouvernement ils ne sont capables que d’une seule chose; prendre des mesures répréssives , c’est tellement plus façile de contraindre à l’aide de taxes ou de colson , ils auront ainsi le sentiment d’avoir fait leur travail pour le bien de la société dont ils oublient qu’ils en sont pour une grosse majorité une véritable lie ……….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :