Les Roms à la rue et nos idées reçues

mars 29, 2012

 

L’an dernier, Gare du Nord. Expulsés de là, accueillis et secourus par des citoyens place Gaucheret, puis disparus, qui dans le système, qui dans leur pays d’origine. Notamment en Serbie, où Bernard Devos, délégué général aux Droits de l’enfant, a retrouvé une de ces familles, qui a depuis perdu une fille de 12 ans faute de soins. Le film de son voyage sera diffusé le 27 juin à 14h au cinéma Vendôme à Bruxelles.

Il y a décidément des gens plus prompts à commenter les articles qu’à les lire. Les racistes sont souvent de ceux-là. Pas soucieux de se remettre en question, ils balancent, assènent et se taillent.

Aujourd’hui encore, j’ai eu droit à un petit florilège du genre, petits noms d’oiseaux en sus. Il s’agissait des Roms et l’une de ces personnes m’a par exemple dit: « Anne , tu es un sombre idiote..Il y a d’excellents reportages passés sur TF1 , France 2 , RTBF etc….prouvant la criminalité organisée de cette communauté….Les coteaux de la ville de Liège ont du être nettoyés par les services communaux liégeois après le passage de plusieurs familles roms« . Sans se soucier de savoir si ceux-là sont les nomades dont il aime tant dire pis que pendre.

Alors une fois de plus, armée de mon indécrottable optimisme, je vais refaire un petit tour de la situation, en espérant que certains le liront.

Bien entendu, il n’est pas question pour moi de nier l’existence des autres personnes à la rue chez nous. Mais la question Rom est très spécifique et révélatrice d’une Europe qui glisse de plus en plus vite vers des temps que bien des gens craignent d’évoquer, de peur d’être affublés d’un point Godwin ou peut-être de peur de devoir réagir, si c’est de « ça » qu’il s’agit (ça fera sûrement l’objet d’un futur blog).

« Les Roms sont des gens du voyage »

Non, pas tous, loin de là. Ceux-là sont des sédentaires qui ont dû fuir leur pays.

Venus de Slovaquie, de Roumanie, de Bulgarie, de Tchéquie… et donc tous ressortissants européens, les Roms arrivés à Bruxelles étaient, à l’instar de ceux restés au pays, victimes de persécutions diverses. Un rapport du Conseil de l’Europe (2010) relate notamment:

– qu’en Tchéquie, les violences racistes à l’égard des Roms sont monnaie courante: attaques des logements aux cocktails molotov, placement fréquent des enfants dans l’enseignement spécial (la cour des Droits de l’homme a d’ailleurs condamné cette pratique)…

– qu’en Slovaquie, des violences racistes sont également perpétrées. La police s’est elle-même rendue coupable de sévices sur des enfants de 11 à 16 ans: obligation de se déshabiller, de se gifler ou de s’embrasser mutuellement, le tout filmé par des policiers. Dans ce pays aussi, les enfants sont envoyés dans l’enseignement spécial.

« Les Roms devraient retourner dans leur pays »

Oui. Mais certainement pas pour y être persécutés, pour brûler avec leurs maisons, pour mourir devant leurs enfants (ce sont des cas vécus).

L’Europe, qui a maintes fois condamné les pays d’origine, leur a en outre versé des subventions colossales pour qu’ils intègrent leurs populations Roms. Ainsi, la Roumanie, par exemple, a reçu depuis son adhésion à l’UE en 2007, plus de 30 millions d’euros pour l’intégration des Roms.

L’Europe a fait le constat de l’échec de cette politique: http://fr.welcomeurope.com/news-europe/integration-economique-sociale-roms-6176+6076.html

La Belgique est consciente de la légitimité de la fuite des Roms vers nos contrées, puisque dans un rapport (http://ec.europa.eu/justice/discrimination/files/roma_belgium_strategy_fr.pdf) elle déclare: « La Belgique reconnaît que les Roms constituent un groupe défavorisé particulièrement exposé à l‟exclusion sociale, la pauvreté et la discrimination. Ce groupe est victime de discrimination (et même parfois de ségrégation) en matière d‟accès à l‟enseignement, aux formations professionnelles, au marché du travail, aux soins de santé et au logement. Les Roms souffrent aussi d‟une image négative. »

Donc finalement non. Dans ces conditions, on ne peut pas renvoyer une population au massacre.

« Ils ne font rien pour s’intégrer »

Le problème des Roms, c’est qu’ils ont le statut privilégié de touristes quand ils débarquent chez nous. Et donc, tout persécutés qu’ils soient là d’où ils viennent, ils n’ont droit à rien pendant 3 mois. (Et après trois mois, ils ont droit à l’aide médicale urgente et à rien d’autre, sauf… s’ils peuvent prouver qu’ils ont des revenus suffisants).  Et à l’issue de ces trois mois, on leur reproche de ne pas s’être intégrés. Mais vous avez déjà essayé de vous intégrer dans un pays dont vous ne connaissez ni les arcanes, ni la langue, sans un sou, sans toit, avec vos traumatismes, vos enfants et même pas de quoi vous laver ou faire vos besoins, vous?

(http://www.revue-democratie.be/index.php?p=art&id=744)

« La Belgique n’a pas les moyens d’accueillir toute la misère du monde »

D’abord, la Belgique n’accueille pas toute la misère du monde: Selon le HCR (Haut commissariat aux réfugiés), la majorité des réfugiés dans le monde s’installent dans des pays limitrophes au leur. Cela a pour conséquence que 80% des réfugiés se retrouvent dans nos pays les plus pauvres.

Ensuite, la Belgique a des moyens. Qu’elle utilise mal ou refuse d’aller chercher.

On peut par exemple se demander pourquoi aujourd’hui, on nous apprend que la commune de Schaerbeek doit renvoyer des familles roms à la rue, elle qui avait fini par céder à la pression de citoyens qui, place Gaucheret, avaient l’été dernier permis à ces gens de survivre dehors, en les prenant intégralement en charge, insistant bien sur le fait qu’on devait la laisser mettre en place tout un réseau social d’intégration.

– On peut aussi se demander, mais on l’a déjà fait, pourquoi nos dirigeants s’obstinent à refuser d’imposer les revenus locatifs, les transactions financières et les fortunes.

Quant à cet argent si précieux que certain naïfs pensent récupérer le jour où notre pays cessera d’accueillir des réfugiés, on peut également lui opposer ces (leurs) milliards d’euros vainement versés pour la cause dans les pays d’origine sans que personne ne semble réellement se soucier de leur destination effective.

« Que faire? »

Alors là, évidemment, chacun fera selon sa conscience.

On peut exiger de notre pays, fier d’avoir adhéré aux Droits de l’Homme, qu’il les respecte.

On peut aussi interpeller nos représentants à l’Europe. Exiger d’eux des réponses circonstanciées. Leur demander pourquoi cette situation scandaleuse ne mérite pas qu’ils élèvent la voix. Ils sont tous ici: http://www.europarl.europa.eu/meps/fr/performsearch.html?search=true&webCountry=BE&webTermId=7

Et au passage, on dira à nos élus que puisqu’ils n’ont pas été au bout de leur démarche là-bas (et puisqu’ils reconnaissent eux-mêmes qu’il s’agit d’une population en danger), ils doivent assumer ici.

32 Réponses to “Les Roms à la rue et nos idées reçues”

  1. myriam monheim said

    Idées reçues sur l’immigration. http://www.mediapart.fr/content/immigration-trois-films-danimation-contre-les-idees-recues

    C’est simple et en image : ça peut peut-être un peu éclairer le peuple des forums (soyons optimistes)…

  2. Arielle said

    Malheureusement, les phrases toutes faites sont tellement faciles ! Et cela émane, il faut le reconnaître de la part de personnes qui ne s’informent pas, ne vérifient pas les informations distillées avec le but à peine déguisé de nous manipuler, encore et toujours… et ceux-là mêmes sont tellement « manipulables »…
    Quand on sait comment les roms sont traités chez eux, les camps de travail pour chômeurs…, mais qui est chômeur en Hongrie ? les roms bien sûr… on ne veut pas les employer ! Et à un salaire inférieur au minimum vital…. Bref.. il y a de quoi hurler parfois… de colère, de honte… Quel triste rappel que ces camps de travail….

  3. [Pour info]

    Les Roms, abandonnés comme jamais

    Citoyens européens, les Roms sont de plus en plus institutionnellement maltraités. La non-scolarisation de milliers d’enfants est un scandale criant, dénoncé aujourd’hui par certains parlementaires.

    Lien social | Faits de socciété | N° 962 du 25 février 2010.
    http://www.lien-social.com/spip.php?article3132

  4. François said

    À propos de l’expression « toute la misère du monde », j’ai trouvé un article très intéressant: http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2009-09-30-Rocard

  5. Cash said

    Bien joli votre discours, on en aurait presque la larme à l’oeil. Plusieurs choses : 1°/ ce qui est reproché aux roms par la plupart des gens hostiles à cette communauté, c’est sa tendance au vol et aux actes de délinquance. Vous n’en parlez pas. Peu importe leur statut, même s’ils n’ont droit à rien et qu’ils vivent dans une pauvreté extreme, cela ne justife en rien le recours au vol et à la délinquance. Etre pauvre n’explique pas l’infraction à la loi!
    2°/ Au-delà de votre grand humanisme qui est infiniment respectable, il ne faudrait pas oublier que le peuple a son mot à dire. Les droits des peuples à déterminer leur avenir est aussi à prendre en compte. On ne peut donc imposer n’importe quoi sous pretexte que les droits de l’homme le dise sinon vous incitez aux votes extremistes. D’un autre côté, vous invoquez les droits de l’homme quand cela vous arrange. Par exemple; vous ne pouvez invoquer le respect des droits de l’homme pour les roms, et d’un autre coté reprocher aux Flamands de vouloir leur indépendance car le droit à l’autodétermination des peuples est aussi un droit de l’homme…
    3°/ Si vous tenez tellement au respect du droit international, pourquoi ne pas faire pression sur les Etats réellement en cause comme la Roumanie, la Hongrie et la Slovaquie, plutot que d’imposer à la Belgique de pallier aux défaillances de ces Etats et cela contre l’opinion de la population. Ce sont la Roumanie ou la Hongrie, membre de l’UE qu’il faut responsabiliser quant au respect des droits.
    4°/ Vous prétendez régulièrement dénoncer les tentatives de manipulations de l’opinion publique par les pouvoirs en place. Mais excusez-moi, vous la dénoncez mais cela ne vous empeche pas de la suivre… Etrangement, des thèmes qui sont très peu évoqués dans les médias ne suscitent que très peu ou pas du tout votre indignation : exemple : la situation des Tibétains, la situation des Sahrouis au Sahara Occidental (dernière colonie d’Afrique reconnue comme telle par l’ONU), le génocide au Darfour, la situation des travailleurs chinois en Algérie ou au Liban, l’occupation de CHypre par les turcs, etc etc. Votre discours n’a rien d’atypique par rapport à ce qu’on lit dans la presse tous les jours, vous faites partie intégrante de ce vaste courant de pensée unique qui masque la réalité de certains problèmes…

    • LucBBs said

      Vous nous reprochez de nous intéresser à un problème à la fois, on peut l’entendre, il est clair que les populations que vous citez sont tout aussi respectables, et vous aurez des gens pour vous rétorquer, « si vous vous focaliser sur ces populations, il y a ici aussi « nos » pauvres et on ferait bien de s’en occuper d’abord!!! » … on est, je crois, dans une impasse à se bouffer le nez de la sorte. Sur le fond, ces problèmes ont une base commune me semble-t-il c’est le mépris des mécaniques de la recherche de toujours plus d’argent et de pouvoir, vis à vis des gens . Et je parle bien de mécaniques (du moins pour l’argent, c’est clair, simple et limpide: des programmes informatiques veillent à l’optimalisation des profits et ce au détriment de ceux qui les produisent. Ces mécaniques sont aveugles à tout ce qui ne concerne pas la rentabilité. Il y a moyen d’approfondir mais…

      Pour en revenir aux Roms qui sont ici, précisément, ils sont ICI. Il y a des situations humanitaires sur les quelles les citoyens « lambdas » peuvent agir concrètement et où il est un petit peu plus facile de chercher et même de trouver des éléments significatifs de réponses qui permettent de se faire une idée presque juste de la situation et de faire les choix que l’on estime justes. Il n’est pas, je pense, trop difficile de rencontrer quelqu’un qui « a été là-bas », qui a vu de ses yeux vu ce dont on parle, qui puisse être une référence valable, fiable sur la question.

      Je ne dirai pas que le vol et les agressions soient à valoriser, mais posons nous la question de savoir, du moins avant que cela ne devienne peut-être un mode de vie, ce que nous ferions nous-mêmes si nous étions confrontés à des situations sans issues possibles, profondément injuste de rejets, de discriminations voire même d’agressions et, de toutes façons, d’humiliations nombreuses, quel serait notre sentiment de respect de la propriété d’autrui. Qu’en sera-t-il lorsque vous verrez vos enfants en train de dépérir devant vous et qu’on vous refuse les soins pour eux. Dans certains cas on vous prendra vos enfants aussi parce que vous ne savez pas vous en occuper, quels sentiments de justice aurez-vous?
      Ce que je décris vous paraîtra exagéré. Certes, ça paraît exagéré, certes ce n’est pas la réalité de tous et de tous les jours. Cependant, tout cela appartient à la réalité et conduit à un mode de vie qui fait boule de neige parce que le ‘usage de la délinquance, dans un sens général, qui est la réponse présumée à ces mécaniques renforcent l’exclusion et produit un autre système de valeurs que celui communément admis.

      Surtout n’allez pas croire que je suis d’accord d’être victime de la délinquance, j’ai moi-même été victime de vols tant dans mon appartement que dans ma voiture (plusieurs fois des vitres brisées avec ou sans vols),. Selon mes critères par rapport à mes finances, pour moi j’ai perdu des fortunes et j’avoue que si je pouvais tenir… je pourrais dire « …après tout ce que je fais pour eux… » mais « quel ‘eux’ « , qui est-ce qui m’a lésé? et pourquoi? et in fine qui est La Victime visée. Non, matériellement, je n’aime pas non plus être victime

      Faisons en sorte que « l’union fasse la force » et non la farce (celle des dindons par exemple)

      Luc
      lol

  6. Cash said

    Bravo! Vous avez supprimé mon commentaire car il ne vous plaisait pas! Quel bel exemple de démocratie! Vous semblez, comme beaucoup de ces gaucho bobo bienpensants, incapable de tolérer une autre opinion que la vôtre…

    • Je n’ai rien supprimé. Votre commentaire est là. Franchement, arrêtez de vous rendre ridicule.

      • Cash said

        lorsque j’ai consulté votre article cette après midi, mon commentaire ne s’y trouvait plus… avez=vous une réponse à apporter à ce que j’ai écrit à part ca?

      • 1. Quand vous êtes à la rue, sans rien, eh bien il ne vous reste que deux solutions: mendier ou voler. Je ne fais pas dans l’angélisme mais je n’ai pas les statistiques. Et entre les reproches faits aux gens et la réalité, il y a parfois des kilomètres.
        2. Je ne réponds pas à ça. C’est pas clair et ça m’a l’air d’un beau raisonnement spécieux.
        3. Relisez mon propos. Jusqu’au bout😉
        4. Si vous pouviez me donner des exemples de mes interventions « régulières » au sujet de ces manipulations, je serais ravie de me lire sur la question🙂 Quand à la suite, certes, je n’ai pas évoqué tous les sujets. C’est impossible. J’en évoque certains. Je vous invite à en évoquer d’autres. Ceci dit, j’ai bien des articles qui englobent toutes les problématiques puisque je dénonce souvent le fonctionnement de notre système.

    • SONDEREGGER said

      Cash, je rejoins Anne sur quelques points de fond: quand tu n’as rien, plus 1 € en poche (essaie, pars dans une ville à 100 km de chez toi sans carte bancaire et sans…cash, et que tu commences à avoir faim, ou pire, que tes enfants ont faim, tu fais quoi? Essaie. Si tu connais un peu le système, tu essaies de trouver cartons et restos du coeur, oeuvres de paroisse, secours catholiques et autres du genre, ou même tu mendies en public. Mais ça t’oblige à affronter le regard des autres, donc à « intégrer » ta situation de mendiant, ce qui veut dire l’assumer et l’assimiler à ton identité. Au mieux, si tu es loin de chez toi et des gens qui te connaissent, tu peux faire ce pas dans un relatif anonymat. Mais si tu refuses de voir cette image de toi dans le regard d’un autre, alors tu préfères le vol.
      Anne a la vision rare de comprendre ce que signifie ne pas avoir 1€ sur soit ( et avoir faim, par exemple). Dans ce genre de situation, un fumeur se mettra vite à récupérer des mégots par terre. La dignité (l’estime de soi) peut vite se perdre, mais en plus ne se récupère quasiment jamais.
      Bref: misère = insécurité, l’instinct de conservation reprend le dessus pour tout ce qui est vital (naturellement ou artificiellement), ce n’est « que » pour cela que la plupart des états protègent leurs riches en versant un minimum vital a tout individu.
      Après, il y a ceux qui connaissent tellement bien le système, qu’ils demandent (et obtiennent) des allocations dans 7 ou 8 pays d’Europe. Alors restez vigilants dans votre charité, et croisez les fichiers anthropométriques des pays de Schengen…vous aurez de sacrés surprises…

  7. Greg said

    Anne, si je peux me permettre (pas spécialement besoin de publier le comm, j’écris ici par fainéantise plus tôt que par FB), je te conseillerai de travailler tes liens dans tes articles. En effet, on est obligé de copier-coller le lien dans le navigateur. Les internautes sont des fainéants et leur attention est vite perdue, et pour la majorité faire un copier -coller d’un lien il ne le font pas. Par contre, si le lien est bien fait tu auras plus de lectures des liens que tu cites. Amicalement, greg

    • annelowenthal said

      Je dois étudier ça oui🙂 je ne sais pas pourquoi certains liens se mettent automatiquement et pas d’autres

    • je me permet d intervenir,en effet,avec des liens » direct »,cela pourrai accrocher plus facilement les gens,et pourtant le combat pour la reconnaissance des droits et de l histoire du peuple tsigane est un de mes « combat »….!!!!!tres amicalement!par contre m CASH est étonnant!je pense que vous aussi bien sur, vous etes contre tous les peuples qui peuvent etre opprimé,j imagine…..!by

      • Cash said

        je pense que vous généralisez mes propos (attention c’est bien souvent une caractéristique des extremistes). Je trouve juste inconcevable de justifier la délinquance et les agressions contre des citoyens simplement parce que les roms sont dans une situation de pauvreté extreme. Cela signifie donc que parce qu’on est pauvre, il est normal d’agresser ou de voler… Heureusement que tous les pauvres de notre pays ne suivent pas ces principes. Quant aux peuples opprimés, lisez la fin de mon commentaire, je parle de nombreux peuples dont on ne parle que très peu dans les médias et qui pourtant souffrent bien plus que les Roms : le génocide perpetré par les arabes soudanais contre les populations noires du Darfour, la situation des Sahraouis dans les camps de réfugiés du sud de l’algérie et l’occupation de leur territoire par le Maroc, la détresse et l’oppression du peuple kurde, les tchétchenes, les tibétains, l’occupation du nord de chypre par les turcs et les déportations qui s’en suivirent, etc etc… Vous voyez les peuples opprimés ca m’intéresse.

  8. Et vous faites comment vous, pour survivre quand vous n’avez rien, à part en mendiant ou en volant? Expliquez-moi!🙂

    Ceci dit, il n’est pas question de justifier la délinquance et les agressions. Parce que cette délinquance et ces agressions dont vous parlez ne sont étayées par rien. Aucun chiffre, aucune statistique. C’est ça, la méthode d’extrême droite.

    • Cash said

      Et il est tout à fait normal qu’aucune statistique n’étayent ces faits puisqu’il est interdit en Belgique (et en france aussi je pense) de faire des stats sur une base ethnique. Ca permet malheureusement de cacher la réalité dans certains cas : comme par exemple l’interdiction du recensement linguistique à bxl qui cache officiellement la francisation de la capitale ou dans le sujet ici la délinquance des roms.
      Je ne dis pas qu’il est facile de vivre dans la pauvreté loin de là mais je préfère de loin le recours à la mendicité qu’à la violence et le vol.

  9. Alors n’avancez pas des choses, puisqu’aucune statistique ne les prouve.

    Bon voilà, je vous ai lue, j’ai répondu et là je vous laisse vous défouler à votre aise sur mon blog. Vous êtes plusieurs à le faire, peut-être que vous pourriez former un club? Moi, je ne vous répondrai plus, j’ai déjà assez de trolls à gérer sur FB.

    • Cash said

      Bon bah voilà si je ne peux rien avancer puisqu’il n’y a pas de stats, vous aussi n’avancez rien sur la délinquance des roms puisque vous n’en savez rien officiellement… Pour faire avancer le débat ne serait-il pas intéressant d’autoriser les stats sur base ethnique?

  10. Et revenez avec autre chose qu’un pseudo, aussi. Y a des propos qu’il faut assumer.

  11. Oui en effet, pour dire que les notions ne sont étayées par rien. Si si si, relisez😀

    Vous avez un problème psychologique, non? Moi, ça ne me dérange pas que vous vous défouliez ici, ceci dit. Mais vous avez de la bave aux commissures et ça n’a pas l’air de vous apaiser… vous n’iriez pas consulter, plutôt?

    Enfin, je dis ça, c’est comme vous voulez, hein…

  12. Cash said

    « Et vous faites comment vous, pour survivre quand vous n’avez rien, à part en mendiant ou en volant?  »
    Je fais que vous citez….

  13. Vous êtes affligeante.

  14. Cash said

    je vous cite et je suis affligeant?🙂
    Ne trouvez-vous pas que pour faire avancer le débat, il serait intéressant d’avoir des statistiques sur base ethnique?

    • LucBBs said

      Si l’on pouvait être certain que les personnes qui produiraient des stat. sur base ethnique étaient douées de bonnes intentions et pouvaient s’assurer que l’utilisation de ces stat. ne serviraient pas à dénigrer encore plus les gens concernés, et ce qu’ils soient Roms ou non, qu’importe, on pourrait commencer à se dire pourquoi pas. Cependant quand on aurait ces stat., est-ce que cela apporterait des solutions pour autant ???

  15. Frédéric said

    « Mais vous avez de la bave aux commissures et ça n’a pas l’air de vous apaiser » est une phrases récurrente de votre part? Ne pourriez vous pas en imaginer une autre de temps à autre? Juste pour éviter de lasser le lecteur avec des redondances… Je dis ça pour détendre l’atmosphère n’est ce pas Anne! N’attaquez pas mes lèvres, nous savons qu’elles ont des commissures lol.

  16. […] Ces gens viennent de pays qu’ils ont dû fuir. A juste titre, puisqu’ils y sont persécutés, relégués dans des bidonvilles, maltraités, parfois attaqués et assassinés par des milices d’extrême droite, sous le regard approbateur des autorités. […]

  17. louane said

    Je travaille en France dans le domaine du social. j’ai reçu à plusieurs reprises des familles roms et ai été amenée à travailler avec des associations et structures qui accompagnent ces familles.
    Beaucoup, de choses sont mises en place, des villages d’insertion bien que critiquables sur certains aspects ont été crées, des aides financières ainsi que la gratuité des cantines dans certaines communes sont octroyées… Bien entendu tout cela est dans une démarche d’insertion et demande un accompagnement social qui n’est pas toujours respecté voir accepté c’est toute la difficulté du travail.

    Ceci étant, il me semble normal de ne pas accepter l’installation des roms sur certains terrains qui peuvent être dangereux, où il manque cruellement d’hygiène…etc
    Accepter l’installation sur ce genre de terrain serait se débarrasser du problème.

    Il ne faut pas être non plus naïf et trouver des solutions face à la délinquance (vol…). Il faut savoir qu’il y a une forme de réseau, on a pu constater plusieurs cambriolages sur plusieurs communes et ceux sont des enfants qui ont été déposés en voiture et qui cambriolaient des maisons. il faut combattre cela et de la bonne manière. D’autres faits: http://www.melty.fr/excedee-une-femme-frappe-un-policier-ave-actu20559.html

    Tout cela pour conclure que oui il faut ouvrir le dialogue, aider à l’insertion par l’accompagnement, trouver des terrains adaptés sans nier les faits et dialoguer également avec les riverains qui excédés arrivent à des actions inadmissibles comme à Marseilles.

    • annelowenthal said

      Il faut aussi lutter contre la confusion entre les « gens du voyage » et les « sédentaires ».
      Tous bien sûr méritent respect et, au besoin assistance. Tous souffrent de nos a priori, et cela depuis des siècles.

      Mais ceux dont on parle ici sont des sédentaires. Ils ne cherchent pas un terrain, ils cherchent un toit pour s’abriter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :