La liberté, ça ne rapporte rien.

juillet 24, 2012

L’autre jour, on apprenait que l’Espagne interdisait à ses chômeurs de sortir de ses frontières. Enfin, non, c’est plus vicieux que ça. L’Espagne sanctionnera d’une suspension d’allocations tout chômeur qui sortira du pays.

Hier, j’apprenais que certaines variétés de légumes, des variétés traditionnelles et rares, ne pourraient plus être commercialisées.

On sent le truc venir de loin, on sait que certains Etats sont capables de tout et voilà qu’un jour, on découvre que c’est là, tout près.

Donc le financier, non content de vouloir maîtriser la nature pour gagner du pognon (au point que quand elle se venge, il peut réinvestir et… gagner du pognon), a décidé d’en interdire les fruits qui ne lui rapportent pas assez ou pire, pas du tout.

Normalement, je devrais m’en foutre un peu. C’est vrai quoi, les légumes et moi, ça fait autant que le nombre incommensurables de variétés de tomates. Ca ne m’intéresse pas, je les mange quasi par devoir, je les coupe sans même entendre leurs cris de douleur.

Bon là, vous allez vous dire: quel rapport avec les chômeurs espagnols?

Eh bien ça a tout à voir. Le chômeur espagnol, c’est une courge. La différence, c’est que c’est moins rare qu’une variété ancienne de courge, mais ça ne sert à rien, ça fait perdre du pognon (426 euros par mois) et ça se vend en stoemeling pour des travaux saisonniers de… cultures de légumes.

Et donc, après avoir fait tout ce qui était matériellement possible pour s’enrichir, nous appauvrir et nous soumettre, y compris en mettant le politique dans ses poches trop pleines, nos financiers ont tout compris. La seule chose qui entrave encore leur fabuleuse ascension vers l’omnipotence, c’est la liberté.

La liberté de manifester, la liberté de circuler, la liberté de cultiver des légumes. Il ne faut pas que les citoyens de ce monde puissent survivre sans eux. Il ne faut pas que nous soyons débrouillards. Il ne faut pas que nous pensions par nous-mêmes et que, partant, nous nous passions d’eux.

Alors mesdames et messieurs, voilà, désormais, il sera interdit de commercialiser certains légumes. Il paraît que c’est pour pouvoir continuer à financer la recherche pour en créer de nouveaux. Et ça, nous n’en doutons pas.

Publicités

5 Réponses to “La liberté, ça ne rapporte rien.”

  1. Cette mesure est contraire à la libre circulation des personnes au sein de l’UE !

  2. Marc van Campen said

    mais il ne faut pas entraver leur liberté d’entreprendre, de vendre, de concurrencer, etc.

  3. L’oubli des libertés fondamentales, dont celle de circuler, et c’est l’Humanité entière qui recule …

    Aussi étonnant que cela puisse paraître de prime abord comme mesure, car il est tellement évident qu’à l’heure de la globalisation, les frontières n’ont pas de précision géométrique et voyager peut aider à trouver un emploi, la démarche de l’Espagne me semble tout à fait liée au statut d’artiste actuel : la liberté, et l’humanité derrière, sont éjectées massivement par les politiques de l’emploi européennes.

    Pour ma part, je l’avais vu venir … C’était l’année européenne contre je ne sais plus quoi (la pauvreté ? l’exclusion ? un truc du genre …) et une présentation des « meilleures pratiques » des pays en matière d’emploi faisait insidieusement apparaître une classe nouvelle d’inclassables, ceux qui malgré toutes les tentatives institutionnelles de remise à l’emploi des bien-pensants de la dualisation sociale sortaient des statistiques en y insérant un facteur … psychologique … psychiatrique … L’exclusion en marche —

    Suite tout à fait logique, Monsieur le ministre wallon de l’emploi, M. Antoine, faisait passer le fameux arrêté sur les MMPP.
    Fascinée par son intervention pleine de justice et de justesse lors d’un colloque du groupe Réagis, j’ai demandé à Frédérique Van Leuven d’écrire un texte de sensibilisation sur le sujet, reprenant les grandes lignes de son témoignage étayé largement par une pratique exemplaire. Elle a alors écrit son beau texte « MMPP : Médicaliser le chômage pour mieux exclure » … A ce moment, il eût fallu un véritable programme de gestion des connaissances pour informer la classe médicale de ce qui se tramait, mais, faute de moyens, … trois petits points de suspension …

    Aujourd’hui, quelques tentatives visent les artistes et leur « statut », un statut flou qui n’a en fait jamais vraiment existé juridiquement, tant il est partagé entre le salarié et l’indépendant …
    recul de l’Humanité par l’action de gouvernements qui spolient ainsi leur bien le plus précieux : leurs ressources humaines. Particulièrement créatifs, les artistes pourtant ont un rôle clé à jouer dans tout ce qui se trame … l’Art parle au social et s’invite dans la Cité, sans même devenir art engagé il assume le rôle vacant du politique …
    Les syndicats et d’autres acteurs s’y sont trompé hélas, en ratifiant des rumeurs d’abus qui n’ont jamais existé … Tout est question d’interprétation, et comme le montre ce cas de l’Espagne, (je ne m’étonne plus de rien), ce qui est atteint, c’est la liberté de l’Homme, son irréfragable intimité est ainsi stigmatisée … Qui se complairait dans un statut de pauvre et de mendiant s’il ne l’était vraiment ?

    Les fous, puis les artistes : la répétition du même ?

    Alors faut-il le souligner nous sommes tous artistes, et les temps modernes ont fait de nous tous des chômeurs intermittents, nous sommes la « génération perdue », ne parlons pas de nos enfants …
    Nous leur laissons l’apocalypse pour seul refuge.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :