Le droit de se plaindre

août 29, 2012

Lorsque vous critiquez une décision/un projet/un système, certains vous objectent: « Mais qu’est-ce que tu proposes, toi?« 

Et si vous ne fournissez pas de réponse à cette question, ils considéreront que votre critique est nulle et non avenue.

Or elle ne l’est pas.

Prétendre que si est spécieux. Cela revient à dire: « Si tu n’as rien à proposer d’autre, tu n’es pas non plus à même d’affirmer que la situation actuelle est inacceptable« , ce qui est totalement faux.

Si tout le monde n’est pas assez compétent pour proposer des alternatives, tout le monde est capable de ressentir l’injustice, de se sentir mal, d’estimer qu’une décision est mauvaise. De même que vouloir guérir de la grippe n’est pas illégitime parce qu’on n’est pas médecin, dire « ce système est insupportable » n’est pas interdit à ceux qui ne savent pas gouverner.

Je pense même que certains abusent du raisonnement parce qu‘il est castrateur (ndla:  castrateur, trice: excessivement autoritaire, répressif).

La démocratie, c’est la souveraineté du peuple. Notre « démocratie » (notez les guillemets), c’est, en principe, le gouvernement par ceux que le peuple a délégués pour ce faire. Tout le monde n’étant pas à même d’exercer le pouvoir (ou n’ayant pas envie de l’exercer), il est délégué à ceux qui se targuent de l’être. Et qui ne le sont pas toujours, par incompétence, par négligence, par égoïsme, que sais-je. Qui prennent parfois de mauvaises décisions. Et qu’on est en droit de critiquer pour ça, quand bien même on ne serait pas capables de les remplacer, quand bien même on n’aurait pas autre chose à proposer.

Je dirais même qu’on est en droit de le faire parce que eux, ils se sont présentés à nos suffrages en s’affirmant à même d’oeuvrer au bien de tous.

Nous sommes très nombreux, la majorité même, à ne pas pouvoir proposer des alternatives à ce qui nous déplaît. Nous n’avons pas tous les éléments en mains, nous n’avons pas accès à toute l’information, nous n’avons pas spécialement le recul nécessaire ni même parfois les compétences pour appréhender ce qui précède. Mais nous avons le droit de dire qu’une chose « ne va pas », nous déplaît, est injuste. Et de réclamer sa suppression.

Insinuer le contraire, c’est plonger les gens dans le fatalisme, l’immobilisme. C’est les décourager au nom d’une imposture. C’est antidémocratique.

Advertisements

4 Réponses to “Le droit de se plaindre”

  1. Bernard HALLEUX said

    Comme dit le proverbe :
    la crtique est aisée mais l’art (= faire) est difficile…
    Je reconnais ta franchise…(je découvre ton humilité!)

    A +

  2. C.Buron said

    J’adhère entièrement!

  3. personnellement, quand je pose cette question, c’est dans le sens : « j’accepterais volontiers une meilleure proposition. En avez-vous une ? » Sinon, je serai bien obligé de garder la solution que vous critiquez. »

  4. Thierry said

    Tout cela est bien vrai, mais n’oublions pas que notre incompétence ne nous exonère absolument pas de chercher des solutions par nous-mêmes, de poser des questions et d’en attendre des réponses de la part de nos élus. Mêmes si tous nos élus n’ont pas les réponses à toutes nos questions, certains y ont bien réfléchi, car ils font pleinement et intelligemment leur métier. Et les réponses ne tardent pas. C’est pour ceux-là que je vote.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :