Effrayante « sécurité »

septembre 4, 2012

J’ai lu aujourd’hui qu’un candidat MR trouvait malin de poser avec un Karsher, et de tenir des propos du genre « Il faut arrêter de se voiler la face » et « Il faut ouvrir un vrai débat de fond sur les problèmes d’insécurité ».

On connaît la tendance d’une certaine frange du MR, celle qui adore Sarko, a fait la campagne de Sarko et piqué toutes les idées de Sarko, à confondre « Débat de fond » et « Mesures répressives ». On sait que nous avons une ministre de l’Intérieur CDH qui pense tout résoudre à coups de policiers supplémentaires. Notre premier ministre a fait cette semaine la Une de la Libre avec cette phrase: « Ma priorité? La sécurité ».

On connaît aussi la tendance de nombreux médias à faire dans la facilité et à nous copier-coller joyeusement les propos des uns et des autres, à en remettre une couche à coups de photos sanguinolentes ou autres témoignages édifiants. Les faits divers, ça fait vendre, c’est facile à rédiger et ça entretient chez le lecteur (dont je suis) ce qui est le plus facile à entretenir chez le lecteur: ses plus bas instincts.

D’autant plus facile que le lecteur, en ce moment, il a du mal à satisfaire ses besoins primaires. Et il a peur de tout perdre, si ce n’est déjà fait. Et comme visiblement notre gouvernement n’a pas l’intention de le sortir de la mouise, il le berce d’illusions, lui désigne de mauvais ennemis et… l’enfonce d’avantage.

Car l’ennemi, ce n’est pas le chômeur, l’étranger, le jeune délinquant, ni même Michelle Martin. Même si on a du mal à saisir les arcanes de l’économie et des finances nationales et internationales, on sait tous que ni le chômeur, ni l’étranger, ni le jeune délinquant, ni même Michelle Martin ne résoudraient quoi que ce soit à nos problèmes en disparaissant. On sait tous que si, « on » a les moyens. On sait que certains choix ne sont pas judicieux, on sait qu’il y a des milliards d’euros qui devraient être versés à la solidarité et que personne ne veut aller les chercher.

On sait que s’il y a tant de chômeurs, c’est parce qu’on a trop peu d’emplois, de moins en moins d’emplois. On sait que l’étranger est très souvent discriminé, depuis l’école jusqu’aux examens d’embauche. On sait qu’on manque de structures préventives et de réinsertion. On sait que notre enseignement est largement lacunaire. Que la formation fait défaut. Que personne ne peut vivre décemment avec des allocations de chômage ou un salaire de base.

Et pourtant on se laisse bercer par des politiciens et des médias qui ont le culot de nous parler « insécurité » en réduisant la notion à des faits de violence tout en encourageant nos plus bas instincts violents dès qu’ils en ont l’occasion, comme récemment en nous livrant une femme horrible en pâture sans prendre la peine du moindre recul, de la moindre modération de nos propos, de la moindre once d’intelligence.

Pour le dire crûment, ils nous prennent pour des cons incapables de saisir les racines du problème. Ils pensent qu’on ne sait pas que dans une société juste, ils ne pourraient plus nous bercer à coups d’insécurité. Qu’on ignore que le débat politique est au ras des pâquerettes et qu’il va nous enfoncer davantage encore.

J’avais écrit dans un autre billet « N’importe quel dirigeant sait que quand il prétend résoudre les problèmes d’insécurité en renforçant les mesures de répression, il ment. ».

Nous le savons aussi. Réclamons un peu d’intelligence.

L’ennemi n’est pas le chômeur, l’étranger, le jeune délinquant, ni même Michelle Martin. L’ennemi, c’est celui qui nous le fait croire.

A lire aussi, à propos du « populisme pénal »

Publicités

4 Réponses to “Effrayante « sécurité »”

  1. Bernard HALLEUX said

    L’ennemi, c’est l’autre…(pas moi = le responsable, c’est l’autre, pas moi…redondance voulue)

    Jp Sartre l’a déjà dit…

    • Adhérent du PTB said

      Le camarade Halleux a le verbe juste.

      • Bernie said

        Le camarade Halleux remercie le camarade »adherent ». Le camarade Halleux savait qu’en citant le camarade « Sartre », il ne pouvait que recevoir des félicitations…Nier un génocide pour ne « pas desesperer Billancourt » est la preuve d’une haute tenue intellectuelle.C’est cela l’ouverture….

  2. Adhérent du PTB said

    Camarade Bernie, cette expression souligne la fausseté du communisme. Trouver une solution qui méprise les gens ordinaires comme étant incapables de trouver la vérité sans le secours d`une idéologie fausse, hein, entre nous…

    Mlle Löwenthal branlera du chef, n’est-ce pas ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :