Quand on entretient le feu sous la marmite, elle finit par bouillir

octobre 9, 2012

Aujourd’hui, à Schaerbeek, une goutte de merde a fait déborder la latrine et Laurette Onkelinx a porté plainte contre X pour incitation à la haine raciale. Sa liste s’est ensuite fendue d’un communiqué dont on ne peut qu’approuver le contenu.

Suite à cet événement, Josy Dubié a rédigé avec d’autres une carte blanche qui à son tour dénonce la tournure d’une campagne qui vole décidément très bas.

Il était grand temps et on ne peut qu’approuver ces communiqués. Du moins je ne peux que les approuver.

Mais n’oublions tout de même pas que si les choses sont allées si loin dans l’ignominie, c’est aussi parce que le communautarisme si justement dénoncé ici fut largement entretenu lors de la composition de certaines listes. De nombreuses listes.

A force de vouloir faire des voix pour faire des voix, à force de racoler un électeur qu’on prend trop souvent pour un con, eh bien peut-être bien qu’on ne montre pas le bon exemple.

Surfer sur des replis communautaires sans avoir rien fait pour les endiguer, c’est touiller dans une soupe nauséabonde qui ne demande qu’à bouillir et déborder. On ne met pas un citoyen sur une liste parce qu’il est (d’origine) étrangèr(e). Sfia Bouarfa a dénoncé cette attitude récemment. On le met sur une liste parce qu’il a un programme à défendre, parce qu’il est capable de le défendre et parce qu’il a envie de le défendre (ce qui est, je le précise, peut-être le cas de Yves Goldstein, je ne le connais pas).

En outre, mettre sur ses listes « son quota de candidats (d’origine) étrangèr(e) juste pour avoir son quota », ça a le même effet pervers que le quota de femmes, imposé celui-là. Ca part peut-être (en tout cas pour les secondes) d’un bon sentiment, mais ça discrédite aux yeux de certains tous les candidats (d’origine) étrangèr(e) et/ou toutes les femmes.

Publicités

13 Réponses to “Quand on entretient le feu sous la marmite, elle finit par bouillir”

  1. Nicorbit said

    La schizophrénie, c’ est grâââve !!!

  2. Agathe said

    Euh … Qu’est-ce qui s’est (encore) passé ?

  3. Agathe said

    Bon, j’y reviens. Ma question était faussement naïve, mais elle reflète bien ce que j’ai pensé à la première lecture du texte : « Mais de quoi elle cause ??? ». Je suis désolée, mais si on n’a pas suivi (ou seulement de loin) l’actualité, on n’a pas la moindre idée de ce dont tu parles. Le propos n’est pas clair, on dirait que tu termines un raisonnement que tu as commencé pour toi toute seule.

    Au-delà de ça, je trouve que tu sombres dans des raccourcis faciles et de dangereux amalgames. Et ça c’est plus grave. Je m’explique.

    Admettons tout d’abord que les listes Schaerbeekoises (e d’autres) aient été construites en fonction des équilibres communautaires de la commune. C’est probablement vrai, je n’ai pas étudié la question. En ce cas, je trouve que tu vas très vite en besogne en place Yves Goldstein – que je ne connais pas non plus au demeurant – dans la catégorie « représentative ». En effet, et puisqu’on parle communautaire, quel est l’intérêt de placer un juif à Schaerbeek ? J’ai du mal à penser et à croire qu’on suive ici la même logique de parachutage communautaire. (Premier étonnement.)

    Ensuite, je trouve ta comparaison entre les quotas communautaires et les quotas féminins plus que malvenue. Pour commencer, on ne peut pas comparer une pratique informelle avec quelque chose qui est imposé par la loi. Deuxièmement, les femmes ne sont pas « une » communauté parmi d’autres, elles représentent 50 % de l’humanité. Comparer le féminisme au(x) communautarisme(s) est une injure pure et simple. Enfin, concernant les soupçons d’incompétence, ils relèvent dans les deux cas de préjugés, et doivent être dénoncés en tant que tels. Le discrédit, il part des préjugés, des gens qui ont des préjugés et qui continuent à les véhiculer. Le discrédit n’est pas à porter sur un système qui cherche à rééquilibrer une société qui reste profondément injuste envers les femmes, à travers la loi. Loi, qui est souvent, à mon sens, le seul moyen possible capable de faire évoluer les sociétés et les moeurs.

    Par contre, là où je peux te rejoindre, c’est dans la (forte) supposition que ces quotas informels sur les listes ont été établis à des fins électoralistes la plupart du temps. Ceci rendant le décryptage difficile, et le partage entre candidats « sincères » et candidats fantoches très difficile. J’ajoute, pour en revenir à un aspect plus théorique, que tout système, ou toute mise en place de système comporte des aspects négatifs et des conséquences indésirable, quoi qu’on fasse. Mais pour atteindre une sorte « d’idéal », il faut au moins de bonnes intentions de départ, et une mise en oeuvre réfléchie. Quelques erreurs, ou conséquences néfastes ne doivent pas remettre en question un système entier. Les pages blanches c’est bien, mais apprendre de ses erreurs, c’est mieux.

    Je relèverai enfin une dernière ambiguïté que ton texte ne lève pas totalement : les partis et personnalités politiques qui ont élaboré ce système de quotas informels ne sont pas (toujours ?) ceux qui incitent à la haine raciale. Ton texte donne cette impression qu’ils ont non seulement mis le feu aux poudres, mais qu’ils l’ont entretenu jusque là. Peut-être suis-je naïve, mais je n’ose y croire. Vraiment.

    Pour conclure, je voudrais te dire que, oui je suis d’accord avec toi sur une chose essentielle : bien sûr il faut que cessent ces incitations à la haine raciale, communautaire. Il faut que cesse cette escalade. Et, oui il faut bien admettre, que malgré de bonnes intentions, sans doute, en plus d’une visée électoraliste, les politiques ont sans doute mis le doigt dans un engrenage dangereux. Il était donc grand temps de réagir avec la plus grande fermeté.

    Enfin (enfin !), je te prie de m’excuser de ne réagir à tes articles que lorsque je suis vraiment énervée, et que j’ai plein de temps à tuer. Mais parfois, je suis d’accord avec toi, aussi.

    • annelowenthal said

      Alors, pour répondre dans l’ordre:

      – J’ai fait court, oui. Mais les liens que j’ai mis sont courts aussi et ils expliquent ce qu’il faut savoir. J’aurais pu faire double emploi, mais je ne vais pas infantiliser les gens alors même que je reproche à d’autres de le faire

      – Si tu avais lu les liens, tu verrais que ce n’est pas moi qui parle de communautarisme en cette occurrence. Quoiqu’il en soit, même si la présence dans la liste de M. Goldstein n’est pas de cet ordre, les réactions à sa présence dans la liste le sont bel et bien

      – Je ne compare pas le féminisme avec le communautarisme. Je compare une tendance, l’une formalisée, l’autre non (ceci dit, il y a eu des tentatives dans ce sens) et l’effet qu’elle produit sur certains. Pour ce qui est du discrédit que je mets sur la mesure et bien que ça ne soit pas l’objet de ce billet, je confirme. Pour moi, il y a bien d’autres manières d’amener les mentalités à évoluer dans le bon sens. Ici aussi d’ailleurs, on devrait déjà commencer par montrer l’exemple. Et ce que j’avais vécu de l’extérieur (quand on m’a demandé de figurer sur certaines listes) se confirme aujourd’hui que je suis candidate. Je suis une femme, donc certains (beaucoup) concluent qu' »on avait besoin de moi sur une liste parce que je suis une femme ». Et sincèrement, quand on voit certaines femmes sur certaines listes, on se dit que ça dessert vraiment la cause féministe.

      Et je te remercie de réagir, d’autant que je sais que tu le fais rarement!

      • Agathe said

        Ah mais je suis allée lire les liens que tu proposais, vu qu’à la première lecture j’ai vraiment eu du mal à comprendre de quoi tu parlais. Et où est l’infantilisation lorsqu’il s’agit simplement de remettre en contexte et faire preuve de clarté ?

        Au sujet d’Yves Goldstein, ce n’est peut-être pas toi qui le ranges dans cette catégorie au départ, mais la parenthèse à son sujet dans ton texte l’y inclus assez clairement.

        Sur le fait de montrer l’exemple, je te trouve fort naïve. Le droit de votes des femmes en Belgique date de 1948. Il leur a été accordé à la même époque dans beaucoup de pays européens, parce qu’il a bien fallu reconnaître, par la force des choses, que les femmes le méritaient bien au regard de l’effort de guerre auquel elles avaient consenti (dans l’industrie et dans la Résistance principalement). Il a fallu un événement grave, un « truc énormissime » pour que ça arrive. Crois-tu que, même aujourd’hui, la majorité hommes soit disposée à partager pouvoirs et privilèges, si rien de les y force ? Montrer l’exemple ? Quel exemple ? Penses-tu sincèrement que, massivement, des gens privilégiés, quels qu’ils soient, sont prêts à remettre en question, de leur plein gré, leurs privilèges ? Désolée, mais à moins qu’on ne les y force, rien ne peut bouger. C’est la loi qui cadre les changements de mentalités et les évolutions.

        Encore deux petites choses pour conclure :
        1. Il faut prendre en compte la jeunesse des femmes en politique, dans l’ensemble. C’est ce qui explique en partie, une certaine incompétence, ou un ressenti d’incompétence (rappeler ici tous les clichés sur les femmes auxquels les femmes politiques n’échappent pas). Mais il est possible, aussi, que les femmes fassent de la politique autrement.
        2. Crois-tu vraiment qu’il n’y a pas aussi des hommes politiques incompétents ? Pourquoi faire le procès d’incompétence aux femmes et pas aux hommes ? Combien, par exemple, de « fils de » en Belgique qui surfent sur la notoriété du père ?

      • annelowenthal said

        Mais ce n’est pas moi qui fais de procès d’incompétence « aux femmes ». Ceci dit, il y a plus de femmes incompétentes que d’hommes, dans les candidats. Bien entendu, c’est mon avis. Et je l’explique comme ça!

  4. Bernard Halleux said

    @al@agathe…Faites court pour le cerveau d’un homme.Tout homme n’est pas phallocrate…Après diverses relectures, j’ai perdu le fil (car je suis un homme) …
    « on denonce = voir les liens du post de AL) et on termine par un débat sur le féminisme…
    Je vis avec une femme = la mère des nos enfants (car dire « je suis marié », peut prêter à confusion),et mes trois filles et une petite-fille (chacun dans sa maison ): toutes me disent que je n’ai jamais rien compris. !…
    Je pense qu’elles ont raison

    (s) Un pauvre mec

  5. Agathe said

    Anne, tu ne fais pas le procès d’incompétence aux femmes, mais tu es d’accord avec ce procès, ou ce constat, il me semble … En plus tu le relaies par un exemple. Ou je me trompe ? Bon, j’aime bien pinailler, mais là c’est un peu du pareil au même, non ? Et tu l’expliques comment ?

    • Bernard Halleux said

      @ Agathe…de bernard….La structuration du blog fait que personne ne sait ni qui ‘il interpelle, ni à qui il répond…dans mes commentaires, je n’ai jamais parlé (ni à toi, ni à AL) des problèmes de syntaxe ou de français, sinon de logique d’un « récit et d’ecrit » …Parlons fond.

      • Agathe said

        Euh … je réagis à un billet d’Anne Löwenthal sur le blog d’Anne Löwenthal. Si je m’adressais à quelqu’un d’autre ici, cher Bernard, je le citerais. Je ne vois pas ce qui est si difficile à suivre et / ou à comprendre. Quelque chose m’échappe. Sur le fond, il me semble en avoir écrit pas mal pour aujourd’hui, non ? Je dois bien avouer avoir beaucoup de mal à saisir le sens de tes interventions …

  6. Sara Bray said

    Yves Goldstein que je ne connais pas personnellement mais dont j’ai déjà lu des réactions et prises de position, est surtout un homme d’une intelligence exceptionnelle. Je pense que s’il mettait ses capacités au service de sa commune, bien des problèmes seraient résolus. C’est quelqu’un qui a la réputation d’être à l’écoute des autres et d’agir en conséquence…n’est-ce pas ce que réclament les citoyens ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :