Le 14 novembre, il y a grève. Même en Belgique.

novembre 12, 2012

Le sujet de ce blog est apparemment moins passionnant qu’un sapin de Noël et pourtant c’est le 14 que se jouera la possibilité pour tout un chacun de s’en procurer un.

Le 14 novembre donc. Partout. Quand je dis partout, c’est partout en Europe.

Une grande grève. Avec des manifs. Un truc historique. 

Sauf en Belgique, où la plupart des syndicats, frileux, ont timidement avancé qu’ils couvriraient les grévistes dont les antennes régionales auront appelé à la grève. Où les médias se taisent dans quasiment toutes les langues (mais ça, sur ces questions, on a l’habitude).

Donc l’Europe est à terre. Bon, moins ici qu’en Grèce ou en Espagne. Un traité en passe d’être signé, et qui renforcera encore tout ça, nous mettra pourtant sous la même tutelle que les grecs, nos frères. Que l’Espagne, où plus de 4.000 foyers (foyers, plusieurs personnes, donc) sont expulsés chaque année de leur logement à la demande des banques. Plus de 150 par jours.

Mais ça viendra chez nous, parce que chez nous aussi, on est en train de tirer sur les ambulances : les chômeurs, qui n’ont déjà pas assez pour vivre, vont voir leurs allocations diminuer. 

Les CPAS vont donc trinquer, eux qui n’ont déjà pas assez de moyens pour venir en aide à leurs bénéficiaires. Les salariés vont donc trinquer, eux dont le salaire est largement tributaire du nombre de chômeurs et de la menace de chômage (et ce mois-ci, on n’entend que des annonces de licenciements). L’index est une fois de plus remis en cause. Les petits indépendants croulent sous les charges. Les PME se rongent les ongles. Les commerçants attendent le client. Les SDF se multiplient.

Tout ça au nom d’une Europe qu’on nous avait annoncée solidaire, plus forte dans l’union, puissante. Tout ça à cause de décideurs politiques qui n’ont plus de décideurs que le nom, puisqu’ils ont délégué leur pouvoir à des financiers à qui personne n’ose toucher et à des instances qui n’ont de démocratiques que l’apparence: commission européenne, conseil des ministres, BCE.

C’est contre ces vrais décideurs qu’a lieu cette grève, et pour que les décisions soient prises par des instances démocratiques dans l’intérêt de tous. C’est pour enjoindre ceux qu’on a élus de ne pas plier en notre nom sous les diktats d’oligarques imbéciles.

Ce qu’ils font jusqu’ici, pendant que les riches s’enrichissent. Que les loyers restent exemptés d’impôts. Que les fortunes restent exemptées d’impôts. Que les transactions financières sont ridiculement taxées et les plus-values pas du tout.

Et donc, pendant qu’on nous licencie pour cause de bénéfices pas assez plantureux, pendant qu’on nous demande de sacrifier une part de notre salaire insuffisant, pendant que chaque matin, vous enjambez, la peur au ventre, au sortir de trains trop chers, des gens que vous pourriez bientôt rejoindre, votre gouvernement cherche comment vous saigner encore un peu pour satisfaire des gens pétés de tunes. Vos dirigeants vous servent du musulman par ci, du chômeur-profiteur par là, des réfugiés économiques au passage.

Pour certains d’entre nous, de plus en plus nombreux, ça y est, ils ont réussi: l’autre est devenu l’ennemi. Ils se jettent à corps perdu dans la haine de ceux qui leur font peur, parce qu’ils pourraient bien leur piquer leur emploi ou leur prendre leur pognon quand ils seront licenciés. Ils pensent naïvement que supprimer les allocations et chasser l’étranger les rendra plus riches. Ils remplissent sans broncher leur réservoir toujours plus coûteux.

Vous rognez sur vos dépenses « loisirs ». Vous consommez, parce qu’il faut bien manger. Et parce que le soir, avachis épuisés devant votre poste, on vous explique qu’il faut absolument posséder pour exister.

Vous n’existez plus que si vous travaillez, parce que c’est le travail qui fait l’Homme. Vous éduquez vos enfants devant des jeux vidéos que vous avez piratés en serrant les fesses. Vous avez ajouté un pull et baissé le chauffage. Vous n’aérez plus pour ne pas refroidir. Votre détartrage annuel attendra. Vous faites vos colos vous-même et vous n’achetez plus qu’en seconde main.

Et vous rêvez d’être riches. De pouvoir ouvrir votre boîte aux lettres sans faire une crise d’angoisse. De vous racheter un divan. De partir en vacances. De vous offrir un ciné-resto sans culpabiliser tout le reste du mois. Alors confusément, certains se disent que quand ils pourront se permettre tout ça, ils n’auront pas envie qu’on le leur enlève. Et ils haïssent encore plus le chômeur et l’allocataire social. L’étranger sans qui ils y seraient déjà.

Alors le 14 novembre ils ne viendront pas manifester. Parce que s’ils ne sont pas de bons petits soldats, ils risquent de tout perdre. Un jour de grève, c’est un risque supplémentaire de partir à la trappe. Et puis, ça ne sert à rien.

Eh bien moi, j’irai. Ne pas manifester son mécontentement, c’est dire qu’on est d’accord, y compris avec l’évolution des choses.

Tous les mouvements prévus sont ici.

Lire l’appel d’organisations européennes ici.

Publicités

20 Réponses to “Le 14 novembre, il y a grève. Même en Belgique.”

  1. Caroline Seleck said

    Oh combien plus important qu’un sapin ! Namurois : rdv à 7h45 à l’acinapolis !

  2. René Vander Velde said

    Point de vue intéressant, même si je pense que la grève ne servira à rien, c’est aux élections qu’il faut faire entendre sa voix et en Belgique, seuls les Flamands osent l’alternance, en Wallonie on votre toujours pour les mêmes.

    Cela dit, si l’alternance flamande fait peur, elle a au moins le mérite de bousculer quelques habitudes tout aussi frileuses.

    Par exemple pourquoi maintenir une indexation automatique qui fragilise notre pays par rapport aux voisins ? Pourquoi les syndicats européens ne s’allient pas pour que cette indexation automatique de fasse partout ? Le problème est très complexe, et si je comprends votre point de vue, et si sous certains aspects je vous suis, je pense moi, que c’est en remettant l’entreprenariat au goût du jour que nous sauverons l’économie. En effet, le retour de ces grands capitaines d’industrie visionnaires et non ces fêlés du capital, ces financiers qui ne voient que le bénéfice au lieu du projet industriel.

    Pas de travail sans patrons et pas de patrons sans travailleurs, c’est ensemble qu’il faut œuvrer et crotte aux actionnaires ventripotents.

  3. Tony said

    Entièrement d’accord avec cet article, j’aimerais mettre en exergue cette phrase: « ’ils ont délégué leur pouvoir à des financiers à qui personne n’ose toucher ». L’un des principaux problèmes se trouve bien là, et le plus effrayant est qu’il semble qu’il n’y ait pas d’échappatoire, nous sommes les victimes de notre système. Certain(e)s groupes/personnes ont acquis, grâce à leurs multinationales ou leurs positions, un pouvoir de décision qui dépasse l’entendement, qui dépasse tout du moins celui des responsables politique de la planète entière !! Nous sommes face à un très gros problème qui ne pourra que finir mal, la nature de l’homme est ainsi faite.

  4. Alborghetti said

    14 novembre
    Manifestations, OK! Mais grèves??
    Les manifestations englobent tout le monde.
    Les grèves, trop souvent les services publics seulement qui, premiers à se plaindre, sont ceux qui risquent le moins.
    Le 14 je manifeste, je ne fais pas grève.

  5. Bernard Halleux said

    Alborgetti a raison : le « succès » de la grève dépend des agents du « Service Public » = TEC, SNCB, Ministères : grève sans risque (pour eux) = ils paralysent le pays, il n’est même pas sûr qu’ils perdent un jour de « travail »…au syndicat,
    ils peuvent demander l’indemnité de grève et auprès de leur Administration un jour « d’impossibilité », vu l’absence de transport en commun ou de routes hyper-chargées !
    Une vraie grève se fait au finish : il faut un objectif et être conséquent par rapport à cet objectif…
    @AL : beau constat, belle expression (sur le plan de l’écriture) : et après …Quelles sont les alternatives, quels sont les instruments pour atteindre l’objectif : c’est le grand vide…
    La grève permet à chacun de trouver son compte : les syndicats, les « gens » ouvrent le couvercle pour laisser passer un pêt de vapeur, ce qui fait descendre la pression dans la marmite…et demain, on continue comme avant…
    Agissons dans notre milieu proche, favorisons les solidarités proches, cherchons des alternatives innovatrices dans notre « jardin »…C’est notre vrai defi…L’exercice est difficile

  6. Bernard Halleux said

    deifinition de « troller « selon AL = n’être pas d’accord avec elle ou lui indiquer ses propres contradictions…Bon amusement avec tes amis « électroniques » :
    Game over

    • annelowenthal said

      Si seulement tu pouvais dire « game over » et l’appliquer! Quel rêve! 🙂

      • Bernard Halleux said

        Comment ne pas te permettre de rêver ?
        Je dis, j’écris et j’affirme « Game over »…

      • Pierre Leroy said

        Comment s’est passée cette grève ? A-t-elle été suivie en masse ? Avons-nous enfin cessé de payer pour ceux qui s’enrichissent sur notre dos ? Le capitalisme est-il tombé ? Quand aura lieu la prochaine manifestation contre l’austérité ?

        Sinon, tout à fait d’accord avec M Halleux et sa définition de troller.

        Ce message passera-t-il d’ailleurs ?

        Bonne journée (ne pas être d’accord n’empêche pas la plus élémentaire politesse).

      • annelowenthal said

        Non, on n’a rien résolu. Mais on a envoyé un message. Et on continuera. Parce que la seule manière de ne pas faire bouger les choses, c’est de ne rien faire pour qu’elles bougent. 😉

  7. Fabrice said

    Il est effectivement clairement démontré que l’austérité ne fait qu’aggraver la situation et non ce qu’ils prétendent. Donc soit nos « dirigeants » sont bêtes à manger du foin, soit ils sont pieds et mains liés, tenus dans l’impossibilité d’agir de façon intelligente par les réels décideurs que sont les financiers.

    Se souviennent-ils que la même politique de rigueur de 1929 à conduit au chaos ? Ne savent-ils pas que la situation s’est sensiblement améliorée à partir de 1933 avec la politique interventionniste de Roosevelt.

    Non, il n’y aura pas grand monde pour manifester en Belgique. Nous sommes toujours dans un certain confort et le confort rend fort con comme disait l’autre.

  8. raannemari said

    « Je donne mon avis comme mien, non comme bon. » (Montainge)
    Le voici : http://rannemarie.wordpress.com/2012/11/13/demain-greve-generale/

  9. Pierre Leroy said

    Je suis très déçu de ne rien lire sur la Palestine sur ce blog pourtant acquis aux causes humanistes : quelle situation dramatique là-bas ! :/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :