Le téléphone qui fait pleurer…

novembre 18, 2012

… donc l’autre jour, en Belgique, avait lieu l’entrevue tant attendue de Jean-Denis Lejeune et Michelle Martin (le papa de Julie et la femme de Dutroux à l’époque des faits, pour ceux qui auraient vécu sur mars ces dernières années).

Une entrevue censée être discrète, au contenu censé être secret, mais bien évidemment, il n’en fut rien. Tout le monde savait que cette rencontre avait lieu, tout le monde savait quand, où et une journaliste a même « accidentellement » eu droit à ce qui s’y est dit.

Oui, parce que l’un des médiateurs présents à cette réunion a fait tomber son téléphone tactile, n’a pas jugé bon de le ramasser et l’a laissé là, à terre, sans savoir que ledit téléphone avait malencontreusement rappelé une journaliste qui a tout entendu et écouté.

Si si. Je vous jure. C’est comme ça que ça s’est passé.

Ni une, ni deux, les avocats des deux parties ont immédiatement porté plainte et aujourd’hui on débat. A-t-on le droit de divulguer les infos ainsi recueillies? Qu’en est-il du secret de cette médiation, secret qui en est l’essence? Qu’en est-il de la vie privée? Où sont les limites des journalistes? Celles du droit à l’information?

Chez Sudpresse, on a tranché : « Que Michelle Martin menace de déposer plainte contre nous, ça me laisse perplexe, compte tenu de ce qu’elle a commis.« , a déclaré le rédacteur en chef adjoint.

Donc voilà. Michelle Martin ayant été condamnée pour des faits immondes, elle n’a pas de droits à revendiquer.

Et puis, n’est-ce pas, le contenu de l’entrevue sera de toute façon publié dans un magazine la semaine prochaine. « Ce ne serait pas étonnant de la part des protagonistes de cette affaire!« , estime Demetrio Scagliola, selon qui, donc, Jean-Denis Lejeune étant devenu un personnage public, il n’a plus droit au secret.

Et puis, surtout, « ça intéresse les lecteurs« ! Et « Tous les médias on repris les propos diffusés par Sudpresse, c’est bien qu’il y a un intérêt!« 

Entre la liberté de la presse et le droit à la vie privée, j’ai personnellement tranché : ce qui s’est passé est inacceptable. Ce qui a été dit par le rédac chef adjoint de Sudpresse est inacceptable. Et même si d’un point de vue juridique un journal a le droit de divulguer une information ainsi recueillie (cette question ne semble pas tranchée), d’un point de vue éthique, il ne l’a pas.

Que ça intéresse les lecteurs ne veut pas dire que ça les regarde.

Que ça soit repris par tous les médias ne rend pas la chose acceptable. Ni intéressante.

Que Michelle Martin ait commis des atrocités sans nom ne lui enlève pas tous les droits.

Que Jean-Denis Lejeune se marie dans les magazines ne lui ôte pas le droit de contrôler des informations secrètes concernant sa vie privée.

Cette nouvelle polémique n’apporte rien à personne, si ce n’est à des médias qui surfent sur des vagues puantes pour contenter des lecteurs que ça intéresse. (Et à des informateurs?)

Ces révélations n’ont aucun intérêt journalistique. Elles n’informent sur rien. Enfin si, sur deux choses: un téléphone tactile peut en tombant reformer le dernier numéro composé et il est tout à fait naturel de ne pas le ramasser quand il tombe par terre.

Publicités

6 Réponses to “Le téléphone qui fait pleurer…”

  1. un téléphone tactile peut en tombant reformer le dernier numéro composé ………………..et pourquoi le médiateur avait-il apellé un journaliste de SudPresse avant la rencontre?????
    Tout est pourri dans cette affaire depuis le début!!!!!!

  2. Pierre Leroy said

    Pendant ce temps en Palestine…

  3. VVasseur said

    Mr Lejeune voulait le beurre et l’argent du beurre… Le voilà bien mal pris. Bizarre, aucun autre parent n’est à ce point au centre des médias. Quand on joue avec le feu… Bref, je trouve que Sud Presse a bien fait (que vous le vouliez ou non, il s’agit bien d’une info), le watergate était aussi basé sur des écoutes illégales. Avec les arguments bisounours de Mme Simonis (AJPB), ce genre d’info n’aurait pas pu sortir à l’époque. La même Mme Simonis s’interroge sur la viabilité du modèle économique de la presse papier mais nie le fait que les rédactions doivent trouver des sujets chauds pour vendre leur journaux… Bref, encore le genre de personne donneuse de leçon mais qui n’apporte aucune solution.

    • annelowenthal said

      Mais dites-moi, qu’avez-vous appris par Sudpresse? Que Martin pleurait et que Lejeune était ému? Ah oui, ça valait la peine de violer le secret d’une procédure!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :