On n’est pas là pour s’amuser!

décembre 13, 2012

Puisque certains s’amusent à me dire que je compte trop large, que les allocations ne sont pas faites pour nous permettre de prendre du plaisir et qu’il faut consommer moins, je vais compter au plus serré :

– Logement: 600

– Charges: 150

– Téléphonie/internet: 70

– Abonnement TEC adulte (2 zones): 260 par an, soit 21,6 par mois

– Abonnement TEC jeune (2 zones): 195 par an, soit 16,25 par mois

– Allocations familiales: + 90

– Allocations de chômage, chef de famille isolé,  plafond: 1090

Donc un chômeur isolé avec un enfant touche 1180 euros par mois.

La panier de la ménagère est estimé, pour une famille moyenne, à 2.576 euros par mois.

Mais nous ne sommes pas dans le cas de figure d’une famille moyenne. Soyons donc raisonnables et déduisons ce qui précède des 1180 euros: il reste 322,15 euros par mois.

Desquels il faut déduire (toujours en comptant au plus juste, parce qu’on n’est pas là pour s’amuser):

– Nourriture/produits d’entretien: 250 € par mois

– Frais scolaires (hors frais non obligatoires et dans le meilleur des cas): 20 euros

– Chaussures pour deux (de mauvaise qualité, on se soignera quand on sera riches) : 12 euros (4 paires)

– Vêtements pour deux (seconde main): 15 euros

Restent 25,15 euros par mois.

Et avec ça, on ne s’est pas déplacé au-delà de deux zones TEC

On n’a pas payé les voyages, fournitures et autres activités scolaires

On n’a pas été au cinoche ni au théâtre, offert un cadeau, acheté un livre, regardé la télé, écouté la radio, payé la moindre assurance, payé le médecin, acheté des médicaments, été chez le coiffeur, le dentiste, acheté de l’électroménager, invité qui que ce soit à dîner, pris l’apéro, acheté des sous-vêtements (parce que bon, en seconde main, bof), du maquillage, un soin esthétique, un abonnement au sport, une cotisation chez les scouts… Mais bon, on n’est pas là pour s’amuser!

D’ailleurs, on ne s’amuse tellement pas qu’un jour, si on reste à 1 emploi pour 20 à 50 chômeurs (selon les régions), on ira leur casser la gueule (pas aux chômeurs, hein). Et ça, c’est gratuit.

Publicités

17 Réponses to “On n’est pas là pour s’amuser!”

  1. Collignon said

    Célèbre comme tu l’es (sur la toile, en tout cas), nul doute qu’une ou l’autre de ces raclures qui nous « gouvernent » aura l’opportunité de prendre connaissance de ce coup se sang salvateur. Si j’ose ainsi dire…

    Avec ma toute grosse sympathie et affection lointaine (tu as de la chance…) !

  2. Bortolini said

    Et tu feras comment pour y aller… ? t’as même pas assez de sous…

  3. Il finira par ne plus rester que l’illégalité aux gens pour survivre (voler dans les magasins pour manger, ne pas payer les TEC, etc…) !

  4. Adeline said

    Si la personne a des revenus limités, les alloc sont majorée. Elles peuvent se calculer ici http://www.rkw.be/Fr/compute.php#
    Famille « moyenne » de deux enfants dont un des parents est chomeur et l’autre sans revenu, on est à 386,77euros/mois.
    Ca ne fait pas beaucoup plus mais c’est déjà ça. Pour travailler dans le social, si la personne tire les bonnes ficelles, elle peut s’en tirer avec beaucoup plus : droit aux tarifs sociaux pour l’energie par exemple, tarif VIPO pour les transports en commun etc etc.

    Les sous vêtements en seconde main, souvent c’est du neuf. Les chaussures seconde main, on peut faire de superbes affaires : avoir de la qualité pour le prix de chez Carrefour discount. C’est fou le nombre de choses non usées qu’on retrouve dans les bulles…

    Fin bon, ca n’enleve pas que c’est difficile et qu’il n’y a pas de travail pour tous. Mais pour travailler dans la réinsertion professionnelle, je peux assurer que tous ne veulent pas travailler…

    • annelowenthal said

      Bien sûr. Mais on s’en fout, en fait. Parce que tous voudraient travailler, il n’y aurait pas plus de travail. Et pour un enfant, elles sont à peine majorées, les allocs. Je crois me souvenir que j’avais dans les 20 en plus.

      Et bon, j’espère qu’en tant que travailleuse sociale, vous n’estimez pas qu’aller se servir dans les bulles est une solution digne d’un pays civilisé 😉

      • Adeline said

        Je m’habille pour partie en seconde main, j’ai des collègues qui s’habillent entièrement en seconde main… Je ne vois pas le problème, au contraire. Je trouve ca bien. Moi couteux, plus écologique, et en plus si on achete dans des magasins d’oxfam, des Petits Riens, ou de Terre, on finance des projets sociaux qui luttent contre la pauvreté, ici ou ailleurs. Par contre se servir tout seul dans les bulles c’est du vol…

        Elles sont bien majorée les allocs. Ca va du simple ou double parfois. (84 de base, si 2 parents avec petits revenus on est déjà à 133 et des poussières d’euros et ce pour le 1er enfant c’est plus pour le second)

        Le plein emploi c’est clair qu’on y arrivera sans doute pas. Tout au plus peut on s’en rapprocher. Mais franchement, les gens qui se plaignent qu’ils n’ont pas assez mais qui ne veulent rien faire pour augmenter leur revenus, même quand on leur sert les solutions sur un plateau en argent, je n’ai plus de pitié. C’est pas de l’insensibilité c’est l’expérience de travail, au début vous avez envie de sauver le monde. Après vous vous contentez de sauvez ceux qui acceptent les mains tendues. Vous ne pouvez pas savoir l’énergie que les travailleurs sociaux dégagent pour des personnes qui au final ne saisissent pas la balle au bon, s’en foute et meme vous mettent des batons dans les roues. Par contre je mets tout mon coeur et mon énergie à aider ceux qui le demandent, je ne compte pas mes heures et vais au delà de ce qui m’est demandé.

      • Adeline, je suis pour l’instant sur la mutuelle, en dépression nerveuse, depuis plusieurs années, car dans l’incapacité de retrouver un emploi en raison d’un casier judiciaire portant sur un tract électoral publié voici DOUZE ANS et jugé « raciste » voici SIX ANS par la Cour d’appel de Bruxelles, et ce, malgré que je sois titulaire de trois diplômes en droit, dont un master de l’UCL.

        Les calomnies dont je fais l’objet sur certains sites « antifascistes » font le reste du travail en salopant ma cyber-réputation (cherchez donc mon nom sur Google et regardez le résultat), de telle sorte qu’aucun employeur ne désire plus m’engager.

        Alors, si vous pensez qu’il est possible de me trouver des solutions « sur un plateau en argent », je vous écoute…

      • annelowenthal said

        Le directeur général d’Actiris le dit lui-même: il y a très peu de chômeurs très longue durée… le truc c’est qu’un chômeur qui a l’air de profiter est bien souvent quelqu’un qui n’y croit plus ou qui n’y a jamais cru. Et c’est pas en lui diminuant ses allocs qu’on l’aidera…

    • Bruno Loiseau said

      « Si la personne tire les bonnes ficelles »… Qu’est-ce que c’est que cette manière péjorative de présenter les choses ? Cela signifie-t-il que l’Etat organise un grand jeu qui permet de mieux s’en sortir si on est débrouillard (sous-entendu : glandeur – je ne dis pas que vous le dites, mais beaucoup le pensent), et tant pis pour les autres ?
      En tant que travailleuse sociale, ne pensez-vous pas qu’il aurait été plus digne de votre part d’écrire « Si on est bien informé sur ses droits » ?

      • Adeline said

        Je ne pense pas qu’on aide les gens en diminuant les allocs. Mais quand je vois qu’un travailleur gagne parfois meme pas 50euros de plus qu’un mec au chomage, alors que pour se rendre au boulot il doit « dépenser » plus (par exemple, bien souvent, avoir une voiture), je comprends parfaitement qu’ils n’aient pas envie de saisir cet emploi. C’est là pour moi que cela ne va pas. Un travailleur doit avoir de quoi vivre décemment. Les mecs qui n’y croient plus, on en héberge 120 à mon boulot, et il est possible de leur faire changer d’avis…

        L’état donne ce qu’il donne, et les personnes recoivent en général des informations (la question à se poser est plus celle de la compréhension de ses informations. Les gens que je rencontrent qui ne s’en sortent pas sont souvent ceux qui ne comprennent pas, soit pas manque d’instruction, soit parce qu’ils ne savent pas lire le français ou le néerlandais soit parce qu’ils ne parlent pas une de nos langues nationales mais aussi parce que notre culture et nos habitudes de vie sont du charabia pour eux et qu’ils ne ont alors du mal à se retrouver dans notre société)

        Au delà de l’aide de l’état,l’aide sociale en Belgique a longtemps été « privée » et nous avons hérité d’un tiissus associatif très développé, et qui continue à proposer de nombreux services.
        .
        Je donne peut être l’impression d’être négative par rapport aux gens, mais l’expérience m’a appris une chose : il n’est pas possible de sauver le monde, si on regarde celui qui n’y arrive pas, on va très vite raccrocher son tablier et finir avec une grosse dépression. Il faut toujours regarder ceux pour qui nos efforts portent leur fruit. Souvent, comme pour l’alcoolique, la rechute est nécessaire pour arriver à guérir « définitivement ». Les personnes vont saisir l’aide, essayer 3-4-10 fois, tant qu’un déclic ne se produit pas on n’y arrivera pas. Tout ne peut pas venir du travailleur social. On ne fait pas de miracle, on est juste des béquilles sur lesquelles il est possible de s’appuyer un temps avant de pouvoir marcher seul.

        La semaine dernière, une de mes personnes en fin de contrat de réinsertion, a trouvé un CDI dans une grosse société suédoise. Pour moi, ca, c’est une victoire. C’est ca qui me fait avancer. C’est pour ca que je me leve chaque jour.

      • « Les gens que je rencontrent qui ne s’en sortent pas sont souvent ceux qui ne comprennent pas, soit pas manque d’instruction, soit parce qu’ils ne savent pas lire le français ou le néerlandais soit parce qu’ils ne parlent pas une de nos langues nationales mais aussi parce que notre culture et nos habitudes de vie sont du charabia pour eux et qu’ils ne ont alors du mal à se retrouver dans notre société) »

        D’où l’importance d’un parcours d’intégration passant par l’apprentissage approfondi de la langue française, comme je le propose depuis longtemps.

        Les pièges à l’emploi (des jobs qui coûtent plus au travailleur qu’ils ne lui rapportent par rapport au chômage), cela existe bel et bien et on attend toujours de nos politiciens qu’ils y remédient.

        « Les mecs qui n’y croient plus, on en héberge 120 à mon boulot, et il est possible de leur faire changer d’avis… » -> Je vous écoute en ce qui concerne mon cas.

    • Pierre Leroy said

      M Tonnelier, ex-FN, sur un site tenu par une personne d’extrême-gauche : drôle ! 😀

      • Ben oui, moi, je suis pour la liberté d’expression et pour le dialogue.. Je respecte toutes les opinions du moment que l’on respecte la mienne. De plus, je préfère une honnête communiste à un socialiste caviar qui s’en met plein les poches sur le dos du contribuable.

      • Pierre Leroy said

        G-P T, impossible de vous répondre sous votre comm’. Sachez que vous m’avez fait rire. Cette prose héritée du FN, c’est quelque chose 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :