Nourrir la violence

décembre 16, 2012

Hier, je me suis comme bien d’autres exprimée sur le port d’armes à feu aux Etats-Unis ou leur acquisition trop facile chez nous. Sur les armes en fait.

C’est un sujet qui me fascine un peu, parce que je ne parviens pas à comprendre l’intérêt de la chose, à intégrer qu’on puisse aimer ça, qu’on puisse fabriquer ça, le commercialiser, prendre son pied dans un stand de tir (soit) et ramener son arme à la maison ensuite (glups), qu’on puisse à la fois autoriser la vente libre d’armes à feu et condamner la violence.

Alors quand on a appris qu’un gamin de 20 ans mal dans sa peau s’était emparé d’armes que sa mère gardait à la maison pour la tuer elle et abattre consciencieusement deux classes entières de marmots et les adultes qui se trouvaient là, j’ai bien entendu bondi sur l’occasion pour redire l’horreur que m’inspiraient ces armes qui circulent partout, là-bas de manière légale, ici de manière trop facile.

Et pour redire ce que m’inspire les arguments de ceux qui, envers et contre tout, défendent le port d’arme, notamment en disant que si on arme les gentils, ils pourront abattre les méchants. Ma copine Géraldine, prof dans l’enseignement spécial d’élèves parfois très violents, a bien résumé mon sentiment: elle devrait, disent les défenseurs de la chose, avoir une arme dans son bureau pour pouvoir fighter, le cas échéant, quelqu’un qui déboulerait devant elle dans l’intention de tuer. Elle, qui a déjà reçu un coup de poing d’un élève, est horrifiée comme moi rien qu’à l’idée d’arriver un jour à l’école très fatiguée, un peu énervée, stressée et d’avoir dans son bureau de quoi tirer sur une personne dont elle pourrait craindre les agissements. Ca peut aller très vite.

Pas la cause, mais l’instrument

Alors certes, on sauve des vies, peut-être. Mais on ignore consciencieusement ce qui pourrait empêcher bien des gens d’en arriver à de telles extrémités.

En fait, quand on tue le méchant, on l’empêche de nuire. Mais on ne fait rien pour empêcher d’autres de nuire. La peine de mort nous prouve tous les jours son inefficacité là où elle est appliquée. On a tué le méchant, on n’a pas tué la méchanceté et les taux de criminalité ne baissent pas (au contraire, parfois).

Bien sûr, certains m’ont raillée, parce que réduire le problème à la question de la circulation des armes est simpliste. Mais je n’ai pas fait ça. J’ai dit que sans armes, il n’y aurait pas eu 27 morts l’autre jour dans une école aux USA.

Ce gamin qui a tué 27 personnes l’autre jour, il ne l’a pas fait parce qu’il avait des armes. Il l’a fait pour des raisons qu’on ne s’expliquera jamais si on se contente de répondre à cette horreur en armant des professeurs. Mais s’il l’a fait, c’est parce qu’il avait de quoi le faire, aussi. 

D’autres, ou les mêmes, m’ont opposé le fait qu’on pouvait aussi tuer à coups de couteau, voire de fourchette. Certes. Mais c’est quoi, leur message? Qu’on peut donc laisser circuler des armes parce que de toute façon, on peut tuer autrement? Doit-on aussi, par exemple, cesser de vacciner des enfants africains contre le paludisme parce que de toute façon, ils peuvent mourir du choléra?

Un message

Ce n’est pas par la violence qu’on lutte contre la violence. Au contraire, c’est un fichu engrenage.

Un fichu engrenage qui est bien huilé partout. Quand on lutte contre la criminalité en envoyant des gens dans des prisons bondées où les droits de l’Homme sont constamment bafoués. Quand on lutte contre la délinquance des ados en leur infligeant des amendes administratives qui ne feront que les plonger un peu plus dans la dèche, et leurs parents avec eux. Quand on fait taire à coups de matraques ceux qui protestent contre la violence de notre société. Quand on arme des profs pour lutter contre les tireurs fous.

Permettre à tout le monde de se procurer une arme, c’est un fameux message. Mettre des engins de mort à disposition de tout le monde, ça n’a rien d’anodin.

On n’aide pas un gamin de 14 ans qui commet des incivilités en rue en lui infligeant une amende. On lui inflige une amende. On ne lutte pas contre la criminalité en envoyant les criminels dans nos prisons inhumaines. On le sait, on doit sans cesse construire de nouvelles prisons.On ne lutte pas contre les tireurs fous en tuant les tireurs fous. D’ailleurs, ils se tuent eux-mêmes, bien souvent. Et d’autres surgissent.

Quand on répond à la violence par la violence, on n’apprend rien à personne et on ne lutte pas contre la violence. On la nourrit. On se donne bonne conscience. Mais on ne fait rien pour lutter contre la violence en attaquant ses racines.

Quand on arme des populations, on les autorise à tuer. Parce qu’une arme, ça n’est pas autre chose que ça : un engin de mort.

armes

Publicités

30 Réponses to “Nourrir la violence”

  1. Massimo said

    Les criminelS … Manque le S 😉

  2. Christophe Leroy said

    Il y a cette phrase bien connue qui résume ce qui se passe aux États-Unis… »qui vit par le Colt, périra par le Colt ». Il ne peut rien sortir de bon du fait de posséder une arme chez soi. Comme tu le soulignais, qu’adviendrait-il lorsque nous sommes en colère, déprimé, excédé si nous avions, à portée de main, une arme chargée ?
    Poser la question, c’est y répondre.

  3. Je suis d’accord avec le constat, de fond, d’Anne, sur le fait qu’il faille combattre la violence à sa racine.

    Cela impliquerait, cependant, une remise en question fondamentale de la société telle qu’elle est conçue aujourd’hui : il faudrait qu’elle change de base (j’ai lu ça quelque part, je pense 😉 ) et que l’on remette l’humain à sa juste place : Kant disait déjà que l’homme ne peut jamais être un moyen, mais toujours un objectif.

    N’oublions pas que la finance, la technologie, la justice, la police, sont là par et POUR la société et donc POUR servir l’humanité et la société dans son ensemble, pas pour les asservir.

    Aujourd’hui, à l’heure de la crise mondiale, on n’entend plus parler que de compétitivité, de flexibilité, de réduction des salaires, des allocations de REMPLACEMENT (j’insiste sur le terme ‘ »remplacement », ce ne sont pas des moyens de vivre en temps normal), mais plus jamais de qualité de vie, de bien-être, de bonheur, tout simplement. Et l’on va s’étonner de la hausse des ventes d’antidépresseurs, de tranquillisants, et la montée de la violence ?

    Nous voyons vraiment aujourd’hui l’exploitation de l’homme par l’homme, l’asservissement de l’être humain par la haute finance internationale. La soumissions de la puissance publique, garante des intérêts collectifs, au grand capital.

    Cette société capitaliste ne fera pas le bonheur des hommes, c’est certain !

  4. Joe said

    Le port d’arme c’est l’arbre qui cache la forêt càd une évolution négative de nos sociétés où l’individualisme de TOUS (et pas uniquement de certains riches ou puissants) règne en maître. Les armes ont toujours été autorisées aux USA mais les massacres dans les écoles sont des phénomènes assez récents. Les « méchants » arriveront toujours à se procurer des armes, suffit de voir en Belgique, les « gentils » ont été désarmés et les « méchants » gardent leurs flingues en poche…

    • Son said

      Les armes ont toujours été autorisées…mais pas dans les conditions actuelles. Sous Clinton, les armes d’assauts étaient interdites de vente au grand public; il y a 2 ans, à Tucson, un malade a fait feu lors d’un meeting politique, blessant une élue à la tête. Il était équipé de chargeurs à haute capacité qui lui ont permis de faire bien plus de dégâts qu’un chargeur normal (l a été désarmé au moment de recharger).

      Il faut arrêter avec l’illusion que si on laisse les gentils avoir accès à des armes, ils pourront s’interposer et abattre les méchants dans la plus belle tradition hollywoodienne. La vérité, c’est que dans le feu de l’action, avec le stress et le danger, un tireur amateur a de grandes chances de rater sa cible, et donc augmente le risque qu’un innocent se ramasse une balle perdue. Je l’invente pas, c’est documenté, et corroboré par des témoignages de policiers qui évoquent la difficulté de faire feu en situation réelle. Par exemple là: http://www.nytimes.com/2012/07/26/opinion/armed-but-not-so-safe.html?ref=guncontrol&_r=0

      C’est clair qu’on éradiquera pas les tarés en limitant l’accès aux armes. Par contre on limitera les victimes. Pensez-y

      • J’en pense qu’en Suisse, chaque citoyen, à l’issue de son service militaire, peut conserver une arme chez lui, dont il a appris à se servir, et que l’on n’entend que rarement des massacres se produire dans ce pays.

        Le problème ne vient donc pas des armes mais bien de l’éducation…

  5. Vincent said

    je tiens a m’exprimer sur le sujet , je pratique le tir  » sportif  » depuis 1986 , depuis la loi  » Tobback » et plus récemment la loi  » Onkelinks  » , il n’y a jamais autant eu d’armes en circulation ( de manière illégale )dans notre pays .Merci de ne pas stigmatiser les personnes dont c’est un loisir ….
    Une arme bien utilisée n’est pas dangereuse , et l’est bien moins qu’une voiture entre de mauvaises mains .
    Rien n’empêchera jamais un fou furieux de commettre une atrocité

    • annelowenthal said

      Il n’est question de stigmatiser personne… à part ceux qui défendent l’idée qu’autoriser les armes soit un plus pour une société. Ceci dit, je ne sais pas ce que vous entendez par « bien utilisée »… et si on aime le tir, qu’on aille au stand. Pas besoin de ramener les armes chez soi!
      Quant à ce qui s’est (encore) passé avant-hier, je pense que si, quelque chose aurait pu l’empêcher: que ce gamin n’ait pas accès à des armes.

    • Sans oublier que n’importe quoi peut devenir une arme : une voiture, un bidon d’essence, tout peut être utilisé de façon létale.

  6. Pierre Leroy said

    Je me suis arrêté à la troisième ligne. Impossible à lire, même en diagonale. D’autant plus que juste au-dessus, là, que lis-je malgré moi ? « Il n’est question de stigmatiser personne blablabla ». Bref, du rire plein l’écran. Merci.
    Allez, je vais peut-être accepter une photo (mais non dédicacée et pas en petite tenue, merci. Idéalement vous masquerez vos yeux avec une bande noire).

    • annelowenthal said

      Je vois. Donc voilà, comme je l’ai écrit dans un article, mon blog est ouvert au débat. Pas aux propos racistes ni aux attaques personnelles. C’est donc votre dernier commentaire creux qui y sera autorisé. Soit vous parlez du fond, soit vous allez vous défouler sur quelqu’un d’autre. Ou je ne sais pas, moi, achetez une poupée qui dit oui.

      • Pierre Leroy said

        Vous stigmatisez une certaine forme d’humour.
        Mes commentaires creux ne vous manqueront même pas : vous êtes meilleure que moi à ce niveau 😦
        Bon amusement avec GPT.
        A bientôt sur mon blog parodique 🙂

      • annelowenthal said

        Oh, c’est de l’humour! Ah ah ah alors (mais quand même, ça suffit, j’ai eu ma dose). Au plaisir de lire ce blog parodique tant annoncé!

      • Pierre Leroy said

        C’est la deuxième fois que je parle de ce blog seulement :/

      • annelowenthal said

        Alors tu n’es pas le seul à avoir l’idée, ou la première fois date!

  7. Jérémy Bourgeois said

    Tentative du pouvoir américain (de l’Etat profond, à vous de vous renseigner sur ce concept) de limiter le second amendement pour éviter une insurrection violente légitime.

    Le pouvoir ne tient en laisse la paupérisation et la frustration que par la puissance de l’image et de l’émotion-compassion-pleurniche.

    « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

    • Il est évident que les gouvernements tentent de désarmer la population lorsqu’ils sentent que les gens risquent de se révolter contre leur mauvaise gestion qui les pousse dans la misère la plus noire, et donc les prive de tout espoir d’un avenir meilleur.

  8. La question des armes aux Etats Unis et peut être le seul marqueur de différenciation entre la violence des Wasps américain (blanc protestant) qui tiennent le lobby des armes et le lobby militaire face au lobby juif financier et politique américain.

    C’est à mon avis un affrontement à mort entre la violence physique héritière des pionniers protestants américain et la violence larvée, cachée, maquillée usurière juive qui s’est octroyée le pouvoir politique.

    Je pense que le lobby sioniste va ici beaucoup trop loin et l’élastique tiré au maximum reviendra dans une force décuplé.

    je citerai Drumont qui a mon avis résume tout  » A l’Aryen, je le répète, on peut tout faire, seulement il faut éviter de l’agacer. Il se laissera dérober tout ce qu’il possède et tout à coup rentrera en fureur pour une rose qu’on voudra lui arracher…Ressaisi alors, repris l’épée qui traînait dans un coin ! Frappe comme un sourd ! et inflige au sémite qui le jouait, le volait, un coup d’une force inouïe dont l’autre porte la trace, deux siècles durant… »

    la rose des américains est je crois malheureusement les armes et l’esprit pionnier…

    J’assume entièrement ce que je dis, l’histoire me donnera, malheureusement raison

  9. Bernard Halleux said

    Anne,
    Ton site est phagocyté par les fachos : c’est ta responsabilité…Il ne mérite aucune réponse ni de ta part (ni de la mienne)…mais dégage-les :tu n’es pas obligée de publier leur propos immondes.
    Toi, qui ne te tais pas tu offres une ampli à des idées qui te répugnent…C’st aussi ta responsabilité

  10. Lunesoleil said

    La violence prend racine edans la conscience avant de se manifester sur le plan physique …

  11. Vincent said

    Anne, laisseras-tu traîner sur tons site les propos racistes de Jeremy bourgeois qui profite d’un débat intéressant pour dégeuler sa haine raciste. je partage tout à fait ton avis sur les armes génératrice de violence. Je l’ai vécu dans une situation de guerre avec de jeunes de 18 ans au Liban.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :