Rumeurs et tremblements (Chronique pour Solidaire)

février 7, 2013

« Tu sais ce que fait une taupe dans le jardin de Marc Dutroux ?  Elle avance et elle fait pardon, pardon, pardon… »

On a tous entendu cette blague à l’époque. Elle était déjà de mauvais goût, mais baignés qu’on était dans l’affaire la plus dure qu’ait connue notre pays depuis bien longtemps, on avait aussi besoin d’en rire, d’exorciser l’horreur qui était partout, dans tous les médias, sur toutes les lèvres.

La dernière fois que je l’ai entendue, c’est il y a quelques jours à peine. Dans la bouche de gamins qui étaient à peine nés à l’époque, voire pas du tout.

Mon fils s’en souvient parce qu’il avait 4 ans lors du procès d’Arlon et que son papa couvrait la chose pour le journal. Et qu’il dormait là-bas. On lui a donc très tôt parlé du respect de son corps, de cette humanité qui est aussi peuplée de méchants, de l’importance de dire non et de parler quand on se sent mal.

Et nous, dont la vie était particulièrement envahie par l’horreur, avons veillé à ce qu’il ne vive pas dans la peur de l’autre, à ce qu’il avance, à ce qu’il puisse quand même aller jouer dans la rue, acheter un pain au magasin, faire confiance à un baby-sitter, partir au camp scout et avancer dans la seule quête qui compte : celle du bonheur. Je me souviens avoir lutté contre ma peur du regard des voisins, qui me prenaient un peu pour une irresponsable, à laisser jouer  mon gamin dehors « par les temps qui courent ».

Et pourtant, l’autre jour, avec ses copains, il a ri de blagues idiotes sur l’affaire Dutroux. Une affaire qu’on n’oubliera pas de sitôt. Qui se suffit à elle-même pour qu’on ne l’oublie pas de sitôt. Une affaire qui a fait bien des dégâts collatéraux.

L’affaire Dutroux nous aura fait perdre le peu d’innocence qui nous restait. Bon nombre de nos enfants ont grandi dans la peur de l’autre. Il me semble qu’aujourd’hui, ça suffit. Il me semble qu’après tant d’années, nous sommes tous en mesure d’éduquer nos enfants dans un juste milieu : la vie est belle et parfois dangereuse. Mais elle est belle et si tu vis dans un bunker, tu ne la vivras pas.

Alors maintenant ça suffit. Laissons le méchant croupir en prison. Arrêtons  de chercher des (é)lecteurs en faisant croire qu’il en sortira un jour (et quand bien même). Foutons la paix à nos enfants.

Publicités

3 Réponses to “Rumeurs et tremblements (Chronique pour Solidaire)”

  1. Dutroux n’est pas le premier, ni le dernier, et encore moins le plus glauque des cas que l’on est amené à examiner régulièrement dans les tribunaux correctionnels en Belgique.

    Allez donc de temps en temps assister aux audiences de la 54ème chambre, correctionnelle, à Bruxelles, vous en apprendrez beaucoup !

    Alors, arrêtons de focaliser sur cet individu. Tous les jours, des gens au passé bien plus lourd sont libérés au tiers ou à la moitié de leur peine sans que cela ne choque qui que ce soit. La seule différence entre Dutroux et les autres est la médiatisation dont son dossier a fait l’objet.

  2. Jacques Iboudsen said

    Ce post, on dirait un contre-pied à la Dernière Heure.

  3. Jp guillaume said

    J’aime beaucoup ce post, à l’époque mes jums étaient des bébés, et quand je les amenaient à la plaine de jeux, père seul, j’ai fini par renoncer à relever les bambins qui s’écroulaient, devant la précipitation des mères affolées, j’ai renoncé à prendre mon bain avec eux, et un jour une toute petite fille, montée sur mes genoux presque par mégarde s’est tout à coup enfuie en hurlant en prétendant que j’étais pédophile. La gêne, mais heureusement ma compagne était aussi sa tante… Quelle époque de merde, on n’imagine pas à l’étranger quel traumatisme collectif se fut.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :