Chronique(sans capote) pour Radio Campus

mars 18, 2013

Avant-hier, tout le monde trépignait d’impatience. Hier, chacun y allait de sa petite ou grande théorie sur le pape, qui est déjà un collabo, homophobe, misogyne et coincé du cul.

Moi, j’ai pas trop bien compris. On réclame tous un pape enfin proche des réalités du monde moderne et quand on le tient, avec tous les défauts de notre monde moderne, on trouve encore le moyen de se plaindre.

Mais bon. On ne va pas s’éterniser encore une fois sur la nature humaine et sa capacité incroyable de s’offusquer de ce qui se passe loin et de se taire sur ce qui la touche au quotidien. Ni sur sa fichue tendance à s’offusquer haut, fort et souvent sur le fait qu’on parle trop haut, trop fort et trop souvent de sujets qui sont si peu importants d’après ses propres dires. Y aura encore plein d’occasions pour ça.

Là où j’ai moi-même arrêté de me plaindre parce que tout le monde se plaignait, c’est quand j’ai appris :

–          Qu’un roi qui a eu une fille dans une relation adultère ira au Vatican féliciter le nouveau chef d’une institution qui réprouve les relations sexuelles hors mariage et l’infidélité.

–          Qu’un premier ministre homosexuel ira au Vatican féliciter le nouveau chef d’une institution qui parle de l’homosexualité comme d’une relation contre nature et immorale.

–          Qu’un ministre de droite ira au Vatican féliciter le nouveau chef d’une institution qui paraît-il sera dorénavant de gauche.

–          Qu’un ministre de la défense ira au Vatican féliciter le nouveau chef d’une institution qui dit toujours que la guerre, c’est mal, d’ailleurs tu ne tueras point.

Que tout ce beau monde interrompra  des négociations qualifiées par lui-même « d’urgentes et indispensables » pour aller féliciter le nouveau chef d’une institution religieuse alors que lui-même dirige une institution neutre et garante de la séparation des pouvoirs.

Mais bon, on ne va pas leur faire un procès d’intention. Si ça se trouve, ils vont à Rome pour faire du lobbying. Ou pour piquer l’un ou l’autre chandelier et ramener les milliards qu’ils doivent nous trouver de toute urgence. Ou pour prendre des leçons de communication auprès d’une institution passée maitre depuis des millénaires dans l’art de rassembler les foules autour d’une utopie. Ou pour se confesser.

Ou alors, Albert y va pour dénoncer Didier, qui y va pour dénoncer Elio, qui y va pour dénoncer Pieter et personne ne reviendra !

Bref, on va faire comme Saint Thomas. On va attendre de voir. Et en attendant, on va croiser les doigts et consulter nos horoscopes pour voir si on trouvera demain amour, gloire et beauté ou s’ils nous prédisent toujours un avenir incertain.

7 Réponses to “Chronique(sans capote) pour Radio Campus”

  1. Thierry Iks said

    « Tout le monde », « on réclame tous » : ben non justement Anne. Et encore moins ceux qui vous lisent, adhérents du PTB et autres révoltés à l’extrême-gauche du spectre politique.

    Cette généralisation systématique est le grand point faible de vos écrits et le bâton que vous tendez pour vous faire battre.

    J’imagine (« je », pas « on » vous voyez) qu’une partie de votre lectorat y trouve son compte sans remettre en question votre raisonnement souvent biaisé.

    Passera ? Passera pas ?

  2. Thierry Iks said

    La vrai surprise c’est de voir que mes comms n’ont pas été censurés… Contrairement aux précédents…

    Bisous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :