1. Tu désintègres. 2. Tu fais de gros yeux. 3. Tu attends les résultats (des urnes).

février 8, 2014

– Il y a des mois, des Afghans qui travaillaient, dont les enfants (quand ils en ont) allaient à l’école, qui parlent au moins une des langues de notre pays (souvent le néerlandais puisqu’ils ont souvent été envoyés en Flandre) se sont vus retirer leurs papiers et se sont retrouvés à la rue, sans boulot (puisque sans papiers), sans école (puisque sans domicile, puisque sans papiers ni revenus). Tout ça en sachant qu’ils resteraient chez nous, puisque notre pays ne renvoie pas les familles et que personne n’a envie de retourner dans un pays en guerre pour obéir à des talibans (voire servir leur armée).

– Il y a des mois, notre pays vidait un squat de ses plus de 200 habitants. Des gens qui vivaient là parfois depuis des années, dans des conditions certes déplorables mais connues de tous depuis des années. Des gens qui s’étaient organisé des vies, qui avaient scolarisé leurs enfants et dont certains travaillaient. Les enfants ont été déscolarisés, on a relogé une centaine de personnes quelques semaines et aujourd’hui, des familles entières sont à la rue.

– Il y a quelques semaines, des ressortissants européens installés chez nous depuis des années, qui ont travaillé chez nous ou y travaillaient encore comme articles 60 (système qui consiste à réintégrer des personnes bénéficiaires du CPAS dans le circuit du chômage tout en fournissant à des employeurs de la main d’oeuvre à bon marché) et avaient construit une vie ici se sont vus remettre un ordre de quitter le territoire pour retourner dans leur pays, où ils n’ont rien.

– Depuis des mois, en Belgique, se prépare une catastrophe sociale sans précédent. Entre 30 et 50.000 jeunes se retrouveront au CPAS d’ici la fin de l’année, parce qu’ils n’auront pas trouvé d’emploi dans un pays où il y a 1 emploi pour 20 à 34 chômeurs selon les régions. Des chômeurs ont vu leurs allocations réduites à une portion de pain qui ne leur permet pas de terminer le mois l’estomac plein. On ne compte plus les faillites et les créances impayées.

Dans quelques mois, en Belgique, on vote. Alors après avoir bien désintégré un tas de gens, chacun y va de sa (ses) petite(s) sortie(s) électoraliste en surfant sur ce qui marche. C’est ainsi que le gouvernement nous dit qu’il faut lutter contre le chômage à coups de sanctions et que le MR nous ressort une vieille recette toute pourrie: le parcours d’intégration.

Un truc qui consiste à nous dire que l’immigré, c’est rien qu’un mec qui arrive en Belgique dans le seul espoir de vivre comme un pacha de nos allocations, sans rien foutre ni pour lui, ni pour ses enfants, avec pour seule ambition de vivre isolé du reste du monde, monde avec lequel il ne veut même pas communiquer. Et que ça ne va pas. Et qu’on va lui faire passer tout un tas d’épreuves pour qu’il nous prouve que c’est un bon Belge potentiel. Un qui parle une de nos langues, qui vit comme nouzotres et qui travaille. Un gars normal, quoi.

(J’avais déjà donné mon sentiment sur ce truc ici)

En gros, une belle couillonnade. Mais il paraît qu’on adore ça, les couillonnades. En tout cas, ça marche rudement bien dans les urnes.

Ce qui marche bien dans la vie, par contre, c’est de permettre aux gens de s’intégrer.

D’aller à leur rencontre. De leur tendre la main. De leur dire leurs droits (et leurs devoirs aussi). De leur proposer d’apprendre/de perfectionner leur connaissance d’une langue de notre pays. Ou de leur fournir de quoi le faire, quand ils sont demandeurs, comme le sont par exemple les Afghans du Béguinage, qui m’ont demandé de leur trouver des profs alors qu’ils ne savent même pas où ils vivront demain. Ni s’ils retourneront chez leurs employeurs, dont certains leur ont dit qu’ils les attendaient avec impatience dès qu’ils auraient des papiers, parce que ce sont de bons travailleurs.

De leurs offrir une vie meilleure qu’un squat pourri au lieu de les en chasser pour les priver du peu qu’ils avaient.

De reconnaître qu’ils ne trouveront jamais tous un emploi et de réfléchir à une meilleure répartition des richesses pourtant bien présentes dans notre pays.

De comprendre que l’intégration, ça ne marche pas à sens unique. Que l’intégration, c’est un mouvement vers le haut, pas vers le bas.

Mais évidemment, la vie, c’est pas les élections…

Publicités

3 Réponses to “1. Tu désintègres. 2. Tu fais de gros yeux. 3. Tu attends les résultats (des urnes).”

  1. Jean Jauraissu said

    Votez PTB !

  2. L** said

    Je me retrouve sur votre blog en m’intéressant à l’affaire de Laurent Louis et lisant votre article à son sujet, je pense avoir, à l’époque, lu un de vos articles à propos du « sapin » lumineux de la Grand Place, et je me mets donc à lire vos articles alors :
    Merci !
    Merci pour vos articles mais plus particulièrement celui ci, qui exprime totalement ma pensée profonde, pas celle dictée par les médias, celle que j’ai toujours eu en moi, celle qui laisse une chance aux gens, …
    J’avoue être souvent horrifiée lisant les commentaires sur les pages facebook relayant les articles de presse (Le Soir, Le Vif,…), horrifiée par la bêtise, le nombrilisme, la haine, le RACISME de ces gens, et j’espère à chaque fois que ces articles ne sont commenté que par des idiots, que les gens intelligents restent silencieux face à tant de bêtises…
    J’avoue aussi avoir un entourage de bonne famille, catho, mouvement de jeunesse, universitaires, et j’avoue être parfois aussi horrifiée par leurs discours, faussement bien pensant, mais également plein de haine, de prétention et de bêtises…
    Des gens sans doute tous effrayé, effrayé de ne pas avoir leur part du gâteau et de devoir la laisser à d’autres, plus pauvres, plus riches, plus noir, plus musulmans, plus qualifiés, moins bosseurs?
    Merci à vous de me donner à lire quelque chose qui me donne espoir, et merci aussi à quelques uns de mes amis qui me comprennent, et me renseignent souvent, bien plus calés que moi en politique, merci à mes parents me prouvent souvent qu’à la loterie de la famille j’ai eu beaucoup de chance, qui nous ont appris la tolérance et l’humilité et surtout à réfléchir par nous même.
    Sur ces bonnes paroles à bientôt Madame Lowenthal, je vous lirai certainement souvent…
    L** 25ans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :