Pourquoi j’irai manifester contre l’extrême droite

mai 28, 2014

Les élections européennes ont donné en France les résultats que l’on sait.

Marine Le Pen a gagné son pari. Sans mérite, puisque le chemin lui était tout tracé par les politiques aujourd’hui menées partout en Europe (notamment). A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire, mais l’important pour elle, c’est le triomphe, donc elle fait des petits bonds jusque chez nous, où elle donnera ce jour une conférence de presse.

Certains ont décidé de réagir et ont appelé à un « Rassemblement contre la venue de Marine Le Pen à Bruxelles et contre la montée de l’extrême droite en Europe ». (16h30, place du Luxembourg)

Rassemblement où j’ai décidé de me rendre.

Certains considèrent que puisqu’élue démocratiquement, Marine Le Pen a le droit de siéger à Bruxelles. Et ils ont bien raison. Cependant, j’ai le droit de ne pas être d’accord avec le plébiscite qui l’a menée là, avec les discours qui ont mené à ce plébiscite et de le dire aussi.

Beaucoup estiment que si Marine Le Pen a obtenu un tel score, c’est grâce à presque tous les autres. Je suis de ceux-là. Marine Le Pen, c’est avant tout la conséquence de politiques antisociales, sécuritaires et liberticides menées un peu partout, y compris chez nous en Belgique. Des politiques de la peur: sois un bon citoyen (de souche) sinon tu auras faim. L’autre est ton ennemi.

Marine Le Pen à l’Europe, c’est certes une conséquence et on aimerait être plus nombreux à protester tout au long de l’année contre ses causes. Et si certains aujourd’hui ne manifesteront qu’aujourd’hui, si certains ont besoin l’espace d’une manif de se sentir dans le camp des « bons », de se rassurer ici avec ce qui se passe en France, grand bien leur fasse. Grand bien nous fasse. C’est peut-être le début de quelque chose.

Et c’est en tout cas un message clair. Ceux qui n’ont pas compris que l’extrême droite était portée par les conjonctures (et que ces conjonctures était le fruit du travail de partis « démocratiques ») ont au moins un message clair à lancer: on ne veut pas de l’extrême droite. Hier en France, Valls, qui sait très bien de quoi il parle, a déclaré que tous étaient responsables de ces résultats. Pour une fois, il avait raison.

Quant aux politiciens qui s’aventureront dans cette manif, ils n’y seront légitimes que s’ils se situent très à gauche de l’échiquier.

Il faudra que de plus en plus de gens le comprennent. En Espagne et en Grèce, ça semble être le cas. Mais à quel prix…

 

Une Réponse to “Pourquoi j’irai manifester contre l’extrême droite”

  1. Jean Jauraissu said

    Je ne veux ni de l’extrême-droite ni de l’extrême-gauche.

    Faites comme d’habitude : tapez-vous dessus lors de vos manifestations.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :