Un peu de pouvoir vaut bien quelques mendiants

juillet 1, 2014

En Belgique, le législateur a décidé en 1993 d’abroger les dispositions législatives relatives à la répression du vagabondage et de la mendicité. Il n’est donc plus question de les interdire.

Pourtant on le sait, depuis quelques années, les autorités de plusieurs communes font tout pour réprimer (elles appellent ça « limiter » la mendicité, que ce soit sous couvert de lutte contre les nuisances (les moins hypocrites) ou de lutte contre la traite des êtres humains (les plus hypocrites).

A Liège, ceux qui mendient en-dehors du cadre imparti par la réglementation communale encourent 12h d’emprisonnement au cachot.

A Etterbeek, dans certains quartiers commerçants, il est interdit de mendier à plus de 4 par rue.

A Andenne, on peut mendier mais la police peut saisir l’argent ainsi récolté « en cas de problème ».

A Charleroi, la mendicité est autorisée en tournante: tel jour à tel endroit de la commune, tel autre jour à tel autre…

On le sait, ces mesures sont pour la plupart inapplicables, laissées à l’appréciation arbitraire des forces de l’ordre et à certains en droit, on en a déjà constaté l’échec.

Non seulement il n’y a pas moins de mendiants là où ils gênent la vue des électeurs, mais il n’y a pas moins de mendiants tout court, ni moins de traite des être humains.

Mais peu importe, on continue ce combat absurde et dégueulasse. Aujourd’hui, c’est Namur qui prend des mesures en interdisant la mendicité en son centre.

Ici aussi, la Ville prétend lutter contre la traite des êtres humains et la précarité. Ici aussi, on entend répondre aux doléances de « nombreux » citoyens. Ici aussi, on oublie de prévoir un arsenal assez solide pour que les gens ainsi chassés soient pris en charge et dirigés vers des services compétents, certes, mais insuffisants, insuffisamment armés et qu’on ne compte pas renforcer pour l’occasion. Ici aussi, on annonce une évaluation à plus ou moins court terme (un an pour Namur) et ici aussi, on sait déjà qu’elle sera, forcément, négative.

On le sait tous, y compris les « nombreux » citoyens qui ont réclamé qu’on nettoie « leurs » rues et ceux qui les ont écoutés. On sait tous que ce n’est pas comme ça qu’on lutte contre la pauvreté. On sait tous  que si un mec ou une fille tend la main pour avoir une pièce, c’est qu’il ou elle en a besoin. Pour bouffer, boire, pisser, payer son exploiteur, peu importe. Et on sait tous que si on ne lui propose aucune alternative, il ou elle en aura toujours besoin.

Seulement ça, ça demande un vache d’investissement. Lutter contre la pauvreté, ça se fait à tous les étages. Ca se fait à l’Europe, au fédéral, dans les régions et dans les communes. C’est un travail de très longue haleine. Qui ne fera que s’amplifier si on ne se décide pas à admettre enfin qu’on a affaire à une problématique hyper difficile, qui mérite qu’on s’y attarde. Longuement.
Et qu’on lui consacre des moyens, y compris un peu d’intelligence et de coeur. Juste un tout petit peu.

Aujourd’hui à Namur, on ne peut plus mendier. Ce sont des élus qui l’ont décidé(*). Dont un bourgmestre CDH. Vous savez, le CDH, ce parti dont est issue une ministre de l’intérieur qui rappelait il y a peu à la Ville d’Andenne que sa mesure était illégale…

(*)Parfois juste parce que s’ils votaient « contre », ils perdaient du pouvoir…

 

2 Réponses to “Un peu de pouvoir vaut bien quelques mendiants”

  1. Non seulement cette mesure est illégale, mais dans le train législatif qui la décrète comme telle, il est prévu que le bourgmestre, le CPAS peuvent réquisitionner des logements abandonnés. Donc, on évite doublement les « doléances » de « certains » électeurs, ceux qui ne sont d’ailleurs nullement menacés de devoir un jour mendier.

  2. Renaud said

    Ces mesures sont simplement hypocrites et ces règles sont totalement impossible à suivre pour la police qui a d’autres chats à fouetter. Mais, ça fait bien auprès des gens qui sont gênés par les clochards et qui visiblement votent cdh (il n’y a(vait) pas Chrétien et Humanistes dans la description ?). Les clochards n’ayant pas d’existence, la plupart n’ont plus de carte d’électeur euh d’identité, il est plus facile de les enfoncer que de les aider. Ca ne coûte rien et ça rapporte des voix.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :