Faire ce qu’on jugeait destructeur et appeler ça courage…

juillet 24, 2014

Le MR nous disait pis que pendre de la N-VA, il la jugeait destructrice pour Bruxelles, destructrice pour l’avenir de l’Etat, il disait qu’il n’avait rien à voir avec elle et voilà qu’il s’allie avec elle au gouvernement fédéral en parlant de courage.

Au PS, Magnette et Demotte déclaraient ne pas vouloir de deux présidents, un pour la Wallonie, l’autre pour la Communauté française. Mieux, Demotte, qui avait en grandes pompes unifié les deux en une Fédération Wallonie-Bruxelles, qu’il présidait, vantait les mérites d’une double casquette. Et voilà que Magnette et Demotte président aujourd’hui l’un la Wallonie, l’autre la Fédération, Magnette restant en outre bourgmestre de Charleroi, ville qu’il entendait diriger « à 100% ».

Tandis qu’au CDH, on crie partout que le MR veut le pouvoir pour le pouvoir, à n’importe quel prix, Maxime Prévot, qui avait pourtant annoncé le contraire, garde le mayorat de Namur alors qu’il devient vice-président du gouvernement wallon, ministre des Travaux publics, de la Sécurité routière, de la Santé, de l’Action sociale, des Allocations familiales, du Patrimoine, de l’Égalité des chances et des Zones d’activités économiques. Mieux encore, il annonce qu’il n’y aura pas de bourgmestre ff à Namur, mais bien un échevin pour signer les papiers, tandis que lui gardera les pouvoirs.

Les voix n’étaient pas encore toutes comptées au soir du 25 mai que déjà ceux qui avaient voté le décumul des mandats le remettaient en cause.

On s’y attendait, nous qui sommes habitués à ces contradictions, qui sommes dirigés depuis des années par des gouvernements dont on se demande d’où il sortent, puisque pas des urnes, qui savons que depuis belle lurette, certains sont prêts à toutes les compromissions, même les pires, pour rester au pouvoir.

Mais en fait, c’est extrêmement grave.

En fait, depuis les élections, les élus des majorités font tout ce qu’ils nous annonçaient (à raison et donc des gens les ont suivis!) comme mauvais, malsain, destructeur pour le pays. Et le pays, c’est nous.

Publicités

Une Réponse to “Faire ce qu’on jugeait destructeur et appeler ça courage…”

  1. raannemari said

    « On ne ment jamais autant qu’avant les élections, pendant la guerre et après la chasse. » (Clémenceau)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :