Immonde Etat belge

mai 10, 2015

Il y a quelques jours, depuis l’Italie où il était allé rencontrer des réfugiés, Théo Francken, secrétaire d’Etat belge à l’asile et à l’immigration, a déclaré : « J’aurais fui aussi ».

Depuis le début de ce week-end qui n’est pas fini, on a appris :

– Qu’une famille arrivée d’Afghanistan il y a 7 ans pour fuir des persécutions et permettre à la petite d’aller à l’école a reçu l’ordre de quitter le territoire. Si elle retourne en Afghanistan, elle retournera en enfer, puisque les talibans y sévissent toujours (malgré la guerre qu’on leur a menée à grands frais pendant des années): la maman est russe orthodoxe, ce qui vaut à la famille des injonctions et menaces et les filles n’ont toujours pas le droit de s’instruire dans certaines régions. Celle de cette famille a en outre participé en Belgique à un concours de Miss, ce qui lui vaudra, soyons-en certains, de graves ennuis, si pas une lapidation.

Mais peu importe, la Belgique, jamais en mal de solutions ahurissantes, a suggéré à cette famille d’aller en Russie, où elle n’a jamais vécu et où on ne veut pas d’elle. A ce stade, les papiers ont été déchirés par les autorités et voilà ces gens apatrides.

– Qu’un monsieur Albanais en passe d’être expulsé vers la Grèce et en stade terminal de cancer a été hospitalisé chez nous. Il est décédé à l’hôpital, menotté à son lit.

– Qu’un jeune homme de 19 ans, albanais lui aussi et en Belgique depuis 5 ans mais sans papiers, a été mis en centre fermé en vue de son expulsion. Etudiant brillant, il doit être diplômé dans un mois.

Face à ces faits, qui ne sont que des gouttes d’eau dans un océan immonde, certains brandissent bien entendu des arguments légaux et autres considérations plus imbéciles sur « Les boulots qui manquent » et « Les étrangers qui profitent ».

D’autres, comme moi, pourtant depuis très longtemps acquis à la cause de gens qui ne demandent qu’à vivre, contemplent effrayés cette recrudescence de décisions aussi stupides qu’inhumaines.

A-t-on le droit de chasser quelqu’un d’un pays sans s’être assuré de son bien-être là où on le renvoie? Légalement, oui.

A-t-on le droit de briser l’avenir d’un jeune homme à un mois de son diplôme parce qu’il n’a pas de papiers? Légalement, oui.

A-t-on le droit d’attacher un homme à l’agonie à son lit de mort? Légalement, j’ai comme un doute.

Moralement, en tout cas, on n’en a pas le droit. Comme on n’a pas celui de brandir des arguments inexacts comme les moyens dont on dispose et les emplois qu’on nous pique. Et quand bien même ils seraient exacts, on a le devoir moral de se souvenir qu’au siècle dernier, certains d’entre nous n’auraient pas vu le jour si on avait opposé à leurs aïeux des notions de droit et autres mensonges populistes qui ne servent qu’une cause : celle de nos élus, qui aimeraient bien l’être encore.

Ce que fait l’Etat belge, c’est pire que de la non-assistance à personnes en danger. Il renvoie des gens à la mort. Il les tue sur des lits d’hôpitaux. Il brise des vies pour être réélu, sous les applaudissements de gens qu’il abêtit chaque jour en nourrissant leur haine, les empêchant eux aussi d’être heureux.

Des pétitions :
Pour Etnik Sakiri
Pour la famille Rasule
Pour Modrikamen, qui ne sera bientôt plus une bête caricature

2 Réponses to “Immonde Etat belge”

  1. Autonome said

    Dans ce pays, le culte de la morbidité pantouflarde est garante de succès politique.

    Au royaume des petits-bourges gras, satisfait de leur bide, obsédé par la boustifaille, et en voiture rageuse, la paresse -mentale, entre autres – et l’aliénation illettrée ont de tous temps été promues.

    Par l’école omettant sciemment les cours d’Histoire articulée et la révélation de faits boueux qui prédominent- la consommation de la docilité satisfaite et le renoncement.

    L’euthanasie dont les dérapages sont nombreux (car manipulation aisée) est vue comme une liberté unique. Incapables de sophistiquer la pensée, les réflexes de Pavlov d’aliénés complets illogiques et sans conscience, donc sans questions, se déploient grâce à une propagande que Goebbels aurait adoré, favorisant la simple juxtaposition de slogans permanents car ici, on ne pense pas, Monsieur. On geint, on fait le petit-bourgeois et après on ment ou on accuse les autres pour se couvrir.

    La faiblesse et les personnalités broyées se manifestent par du vide affectif, moral et politique.

    Donc,la mort rend libre, ici.

    Grâce à une propagande permanente qui cible cette mentalité « il ne faut pas déranger ». Le belge incapable de grandir, car malade affectif, a-social, a renoncé depuis des décennies à la pensée et à la dignité. Ou alors recupéré par nombres d’organisations qui utilisent toujours le sentimental émotif (et ainsi perpétuent la manipulation par la non-pensée) pour invoquer l’une ou l’autre cause.

    Il atteint à présent le fond – comme tout petit-bourgeois appelé classe moyenne pour court-circuiter toute information ou connaissance politique et économique – et a été industriellement fabriqué dans le but d’assurer son appui à l’immonde.
    L’on pouvait se demander jusqu’il y a 10 ans le pourquoi de ces attitudes où l’amorphe et l’hédonisme prédominent (la preuve, pour attirer le peuple, il faut organiser des fêtes, des événements, des rassemblements grégaires où l’on baffre et boit et chante.. ce qui est le signe imparable d’une méthode révélant le but : ne pas penser, ne pas se tenir debout tout seul.. ), maintenant l’on sait.

    Cela est connu depuis les années 30.

    Il suffit de jeter un coup d’oeil à TOUS les forums-réactions des médias pour voir le petit facho gras et bête simplet à raccourcis entièrement et volontairement diffusé par tous les médias belges depuis des décennies – sinon un siècle – pour visiter une étable où les fachos o r d i n a i r e s pulullent ou de sortir en rue pour voir opérer les micro-nazis quotidiens (les cyclistes narquois et ricanants, d’une arrogance folle, qui vous agressent et reviennent sur vous si par malheur, vous entravez sur le trottoir leur libertarisme sans limites, vous roulant dessus sciemement et avec jubilation, les automobilistes klaxonnant à la moindre microscopique contrariété,ou vous agressant virulemment car vous ne vous laissez pas écraser ou tuer, les brutus vous marchant dessus au supermarché, qui vous apostrophent tels des micro-gestapistes narcissiquement malades, les rustres nombrilistes dans tout l’espace public, le micro-nazi revanchard,c’est cela)

    The job is done.

  2. Degrave said

    Beurk, quelle honte, j’en vomis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :