L’extrême droite, chez nous aussi

mai 2, 2017

La Belgique a été condamnée à plusieurs reprises par la Cour européenne des droits de l’Homme pour ses pratiques d’enfermement d’enfants dans des centres de détention administrative (les fameux centres fermés) et pourtant elle s’obstine. On sait que la Belgique, qui se vante dès qu’elle peut d’être une patrie des droits de l’Homme, se fout comme d’une guigne de ses condamnations par cette Cour .

Elle se fout d’ailleurs tout autant des droits de l’Homme eux-mêmes, puisque, à l’instar de tous ceux qui s’en réclament et notamment, elle participe activement à ce qu’elle a elle-même, par le truchement du Conseil de l’Europe, qualifié de persécutions concernant le sort réservé aux Roms dans à peu près toute l’Europe.

Pas la peine de faire l’inventaire des différentes mesures et attitudes de nos dirigeants envers différentes catégories de la population, belge ou non, pour se rendre compte qu’il est inutile de se tourner vers la France pour constater que l’extrême-droite a le vent en poupe. À titre d’exemples, contentons-nous de nous souvenir du Parc Maximilien à Bruxelles, dans lequel des milliers de réfugiés ont survécu des semaines durant grâce à un mouvement citoyen, et à lui seul. De ces milliers de sans-emploi que l’on plonge dans la désespérance en leur supprimant des allocations, en les traitant de paresseux et de profiteurs, en les sanctionnant chaque jour davantage, en les contrôlant de plus en plus durement (et… illégalement), labourant encore et encore un terrain fertile pour l’extrême droite. De ces discours et mesures sécuritaires dont l’inutilité n’est plus à démontrer et qui nous bercent pourtant depuis tant d’années. De ces partis politiques qui s’obstinent à garder en leur sein ce qui se fait de pire en matière de discours d’extrême droite, juste parce que ça rapporte des voix (même le PP, qui soutient Marine Le Pen, ne s’y est pas trompé, puisqu’il lui a tendu officiellement les bras). Des très nombreux dispositifs et mesures anti-sdf adoptés dans de très nombreuses communes du royaume, par tous les partis en présence, glorifiant ainsi des politiques qui consistent à se débarrasser du symptôme au lieu de s’attaquer au problème, même si ce symptôme est une vie humaine.
De ce gouvernement, composé de gens qu’on a vu dans des réunions de nostalgiques d’un régime dont on continue à dire à nos enfants qu’on n’en veut plus jamais et qui depuis des années nous rappelle un peu plus à son mauvais souvenir.
On le sait, c’est humain probablement, il est plus facile de critiquer ce qui se passe ailleurs que ce qui se déroule sous nos yeux. Et on ne se gène pas pour le faire. À titre d’exemple, la campagne présidentielle française est dans tous nos médias, sur tous nos réseaux, dans toutes nos conversations. Et tandis que tout le monde ou presque (moi la première) se fend d’un avis plus ou moins éclairé sur Le Pen, Macron (et Mélenchon), certains, toujours les mêmes, toujours la même petite poignée de citoyens, se battent sur le terrain pour lutter contre cette extrême-droite qui attend derrière une porte qui s’ouvre lentement, mais sûrement. Ils aident des gens à la rue, sans se soucier de leurs origines. Ils se battent pour défendre les sans-emploi. Ils réclament des salaires dignes. Ils cachent des sans-papiers. Ils abritent des Roms. Ils luttent contre les amalgames. Ils démontent les discours sécuritaires. Ils dénoncent, combattent, secourent. Tirent la sonnette d’alarme depuis des années, sous le regard narquois de ceux, bien plus nombreux qu’eux, qui trouvent qu’ils exagèrent.
On le sait déjà, c’est en tout cas ce que l’expérience nous montre, la campagne électorale belge nous enflammera bien moins que les élections américaine et française. Je ne pense pas que le niveau lamentable du débat politique belge soit seul en cause (au contraire, il est aussi à dénoncer). Sans doute est-il plus facile de dénoncer ce sur quoi nous n’avons pas à agir que ce sur quoi nous avons du pouvoir ? Parce que oui, nous avons du pouvoir. Il suffit de grossir les rangs de ceux qui se bougent. Ne fut-ce qu’en diffusant leurs messages.
En voici un : https://steenrock.wordpress.com/.
 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :