Le PS Louviérois chasseur de pauvres

février 24, 2022

Nous sommes donc le 24 janvier 2022 et le bourgmestre de La Louvière écrit aux commerçants que la Ville va prendre des mesures anti-mendicité (notamment l’interdiction de mendier devant des commerces). Avant le vote desdites mesures (qui a eu lieu ce 22 février), avant donc toute possibilité de débat sur la chose et sûr de son coup, puisque le PS règne en maître sur La Louvière, accompagné par une échevine Ecolo qui est là pour faire genre ‘on est des démocrates’. Telle est donc la vision de l’exercice du pouvoir par notre bourgmestre Jacques Gobert. Et s’il n’a pas tort d’être sûr de son coup, puisque de débat, il n’y a point chez nous, cette lettre illustre à merveille toute l’arrogance de notre bourgmestre. Un conseil communal, c’est composé d’une majorité et d’une opposition. C’est public. C’est un lieu de débat démocratique. Rien ne peut y être considéré comme acquis, c’est le b a ba en démocratie.

Chasser les pauvres

Mais voilà, il fallait faire vite, parce que le centre de La Louvière prend des allures de ville morte, que les vitrines se vident les unes après les autres et que la pauvreté, ici comme ailleurs et plus qu’en bien des lieux, s’accroit chaque jour.

Au départ de la grogne des commerçants, il y a le bar à soupe. Le bar à soupe, c’est une soupe populaire. Un lieu où l’on peut venir se poser, manger un bout au chaud. Un lieu ouvert au beau milieu de la rue Albert 1e, rue commerçante de La Louvière. Le problème ? Faute d’avoir pensé la chose pour éviter les attroupements à l’extérieur (par exemple en en faisant un centre ouvert) et les nuisances que cela peut provoquer, les personnes qui la fréquentent étaient souvent dans la rue devant le bâtiment.

Il n’en fallait pas plus pour que des commerçants se plaignent desdites nuisances. Elles étaient évidemment à prévoir, mais ça… Le bar à soupe a donc été déménagé vers un container dans un parking décentré. Mais bien entendu, ce n’est pas dans un parking décentré qu’on trouve des gens à qui tendre la main pour demander une petite pièce. Il y a donc toujours des sans-abri dans nos rues (et je suis assez sidérée d’avoir à écrire une évidence pareille).

Si bien que le bourgmestre a annoncé des mesures, qui ont été votées ce mardi 22 février au conseil communal. Par une majorité PS et Ecolo, il faut le souligner, car même si on a déjà connu de telles odieuseries dans d’autres villes PS comme Charleroi et Liège, il faut toujours souligner quand un parti qui se prétend socialiste prend les mesures les plus antisociales qui soient.

Je ne vais pas réécrire ce que j’ai déjà écrit, mais je vais quand même rappeler que chasser les pauvres, ce n’est pas lutter contre la pauvreté. Qu’au contraire, c’est invisibiliser des gens qui, ainsi sortis des radars, ne vont que s’enfoncer davantage dans leur misère. Une misère dont il ne faut plus rappeler la croissance en temps de covid, mais il faut tout de même souligner qu’en plein coeur de la crise sanitaire, le conseil communal a refusé de renflouer les banques alimentaire locales, qui ne s’en sortaient évidemment pas.

Dans un article de 2014, j’écrivais notamment :

Ici aussi, la Ville prétend lutter contre la traite des êtres humains et la précarité. Ici aussi, on entend répondre aux doléances de « nombreux » citoyens. Ici aussi, on oublie de prévoir un arsenal assez solide pour que les gens ainsi chassés soient pris en charge et dirigés vers des services compétents, certes, mais insuffisants, insuffisamment armés et qu’on ne compte pas renforcer pour l’occasion. Ici aussi, on annonce une évaluation à plus ou moins court terme (un an pour Namur) et ici aussi, on sait déjà qu’elle sera, forcément, négative.

On le sait tous, y compris les « nombreux » citoyens qui ont réclamé qu’on nettoie « leurs » rues et ceux qui les ont écoutés. On sait tous que ce n’est pas comme ça qu’on lutte contre la pauvreté. On sait tous  que si un mec ou une fille tend la main pour avoir une pièce, c’est qu’il ou elle en a besoin. Pour bouffer, boire, pisser, payer son exploiteur, peu importe. Et on sait tous que si on ne lui propose aucune alternative, il ou elle en aura toujours besoin.

Seulement ça, ça demande un vache d’investissement. Lutter contre la pauvreté, ça se fait à tous les étages. Ca se fait à l’Europe, au fédéral, dans les régions et dans les communes. C’est un travail de très longue haleine. Qui ne fera que s’amplifier si on ne se décide pas à admettre enfin qu’on a affaire à une problématique hyper difficile, qui mérite qu’on s’y attarde. Longuement.
Et qu’on lui consacre des moyens, y compris un peu d’intelligence et de coeur. Juste un tout petit peu.

(On sait, 9 ans après, que le nombre de sans-abris a augmenté partout, preuve s’il en est et s’il en fallait de l’inefficacité des mesures anti-sdf)

C’est quoi un centre-ville ?

Ce qui est sûr c’est que les excuses bidon achèveront de tuer le commerce :
– le parking est l’un des sujets favoris des Louviérois.es. Il est certes important, mais notre centre-ville est littéralement cerné de parkings gratuits à quelques minutes (4 pour moi) de la rue Albert 1e.
– le Covid a évidemment fait de nombreux dégâts, mais la Ville a emprunté 8 millions d’euros pour un plan de relance dont certains points étaient tellement ridicules qu’ils ont été retoqués par la tutelle. Et qui ont servi, notamment, à la distribution à chaque habitant.e de la commune, tous âges et tous niveaux économiques confondus, d’un chèque de consommation de 20 euros (de nombreux.ses habitant.e.s ont fait don de ce chèque au profit des plus précaires).

Désormais, c’est donc par la chasse aux pauvres que viendra le salut.

Ce qui tue le commerce, c’est la numérisation en marche, certes, mais rien ne remplacera jamais le contact humain et il y a là des choses à penser. C’est aussi croire qu’un centre-ville, ce sont ses commerces. Un centre-ville, c’est un lieu de passage, un lieu de flânerie, un but de promenade. Un centre-ville ce sont des terrasses où s’asseoir, des bancs publics, du mobilier ludique, de l’art, des animations, des rencontres, du commerce, des musées, des associations. S’il n’est pas agréable de s’y promener, on va se promener ailleurs. S’il n’est pas agréable de s’y poser, on va se poser ailleurs. C’est tout.

On ne fera pas revivre le centre de La Louvière en mentant et en se mentant à soi-même sur les causes des (nombreux) problèmes du centre de La Louvière. On n’attirera pas des commerçants en leur faisant miroiter une bâche sur une rue commerçante sinistrée et même pas piétonnière. On ne résoudra pas nos problèmes en accueillant des chaînes multinationales dont la pérennité des boutiques ne dépend que du bon vouloir d’actionnaires qui se foutent comme d’une guigne du vivre-ensemble et même du chiffre de ces boutiques. Créer des parkings ne nous rendra pas du pouvoir d’achat. Invisibiliser les sans-abris n’enrichira personne, au contraire.

Un centre-ville ça mérite d’être pensé. Et ça nécessite, à l’ère d’internet, d’être repensé. On ne fera pas revivre le centre-ville de La Louvière en augmentant encore le nombre de parkings, ni en chassant les sdf. On le fera revivre en reconnaissant qu’il y a un problème et qu’il faut s’asseoir autour d’une table et réfléchir tou.te.s ensemble à ce qu’on veut pour notre Ville et ce qu’on va faire pour y arriver. Mais ça, évidemment, c’est électoralement moins porteur que des mesures ponctuelles qu’on peut prendre dans la minute et même en dépit de toute règle de démocratie.

C’est quoi, un.e dirigeant.e politique ?

Un.e dirigeant.e politique, c’est quelqu’un qui doit prendre de la hauteur. Qui doit investir pour le bien de tou.te.s (y compris et peut-être surtout les plus précaires), qui doit voir à plus long terme qu’une échéance électorale. À La Louvière, ce sont des citoyen.ne.s qui ont adopté cette posture. Mais si ce sont les citoyen.ne.s qui prennent de la hauteur, à quoi servez-vous, mesdames et messieurs nos dirigeant.e.s ?

Une Réponse vers “Le PS Louviérois chasseur de pauvres”

  1. Suzanne et Michel Michel Destrebecq-Cresel said

    Merci Anne pour ce superbe article criant de vérité!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :