Nos écoles s’effondrent, nos valeurs s’effritent (et vice-versa)

février 17, 2020

En Belgique en 2020, la pénurie et l’absentéisme de profs sont tels qu’on en fait des combats « urgents et prioritaires » dans les discours politiques sans toutefois, ne rêvons pas, évoquer la précarité de ce métier qu’on embrasse le plus souvent dans des contrats précaires (de remplacement, à temps partiel), avec des horaires ingérables (certains profs ont plus de 20 classes différentes par semaine, puisqu’ils donnent un cours d’une heure par semaine, d’autres doivent aller d’une école à l’autre dans des délais impossibles à respecter), sans toucher leur salaire à la fin du premier mois (ni du second), avec retour au chômage (tracasseries administratives à l’appui) à la fin de l’intérim et incertitude sur la suite des événements parfois jusqu’à un mois après la rentrée, parfois jusqu’au prochain remplacement on ne sait pas où, dans quel réseau, dans quelle option et même dans quelle matière, le tout dans des conditions indignes d’une société qui prétend que l’éducation est au coeur de ses valeurs.

On ne compte plus les écoles qui s’écroulent littéralement sur professeurs et élèves, qui n’arrivent plus à se chauffer ni même à donner la formation pourtant au programme, pour cause d’insalubrité.

Un peu partout, un « droit de chaise » est réclamé pour les enfants qui viennent à l’école avec leurs tartines. Dans le secondaire, faute de pouvoir les réclamer pour d’autres choses (gratuité oblige !), des écoles exigent des montants exorbitants pour des frais de photocopies (quel élève reçoit pour plus de 80 euros de photocopies par an ?) Et puis il y a le financement des bricolages (on paie le matériel pour le cadeau de fête des mères, on finance le matériel pour le bricolage qu’on achètera au marché de Noël), celui des excursions, de la piscine, des classes vertes et des classes de neige, du voyage de rhéto… Certains profs y vont de leur poche aussi (après tout, ils n’ont que ça à faire de leur salaire mirobolant), pour procurer l’élémentaire à leur classe et parfois un bic ou des crayons à un élève. La garderie coûte un pont aussi.

Et si des parents n’y arrivent pas, désormais, dans le libre comme dans l’officiel, on a ici et là (de plus en plus) décidé que les choses se régleraient par voie d’huissier.

Quant aux directions, elles ne sont pas mieux loties, entre les inscriptions dont les règles changent environ chaque année depuis des années, des profs à trouver pour remplacer les absents, des profs à virer parce qu’ils perdent leur priorité à la faveur d’autres qui ont le titre requis, des horaires à assurer, des monceaux de paperasses à gérer, des burn out (y compris le leur) à prévenir et des plomberies à réparer.

Voilà où on en est.

Et aujourd’hui, on apprend que le montant évalué pour remettre les écoles francophones en état dépasse le milliard d’euros. Et on entend à la radio le ministre Frédéric Daerden, qui assure la tutelle sur Wallonie-Bruxelles Enseignement, envisager pour ces réparations de recourir à, je cite, « l’implication citoyenne », via, je recite « l’épargne, qui ne rapporte de toute façon plus rien ».

Mais pas d’inquiétude. L’enseignement est au coeur des priorités de nos dirigeants, qui savent comme nous que l’enseignement, c’est le coeur d’une société. C’est son présent et son avenir. C’est sa beauté, c’est sa confiance. C’est, pour employer un terme qu’ils adorent, son ambition. Le pacte d’excellence est bien la preuve qu’ils y travaillent.

On pourrait se demander pourquoi aucun d’entre eux n’envisage de recourir à l’implication citoyenne via une épargne qui ne rapporte de toute façon plus rien pour acheter des avions de chasse, mais on ne voudrait pas finir ce billet par un propos populiste… Et puis bon, ce sont nos enfants quoi, merde. Après tout, c’est pour eux qu’on épargne, non ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :