La Louvière : Le PS sanitaire – un système éprouvé (et éprouvant)

novembre 25, 2021


(La photo de cover vient de Misèrrre, journal satirique régional)

Commençons ce billet par celui qui n’en est pas le sujet : Mâlik Bensalem. Ancien président de l’Assemblée des Jeunes du Hainaut, fondateur de Wolves For Climate (une « locale » de Youth for Climate), le jeune homme (tout juste majeur) est, d’après ce que j’en sais – nous sommes amis Facebook, notamment – très investi et dynamique.

Le 27 septembre dernier, la Ville de la Louvière diffusait sur sa page LLO 2050 (un projet de Ville à l’horizon 2050 que les gestionnaires déclarent « co-construit ensemble » – je cite 🙂 – par des représentant·e·s des forces vives, entrepreneur·e·s, indépendant·e·s ou encore citoyens) la photo de Mâlik Bensalem devant une grande banderole promotionnelle du projet accrochée sur l’hôtel de Ville, avec Mâlik Bensalem dessus.

Le 13 novembre dernier, Mâlik Bensalem, jusque-là – toujours à ma connaissance – encarté dans aucun parti, annonçait sur son profil qu’il était désormais président des jeunes socialistes de La Louvière.

C’est ici que commence le sujet de ce billet. Le 13 novembre, juste après cette annonce, David Soors, président du MR local, relevait sur son profil l’affichage sur l’hôtel de Ville, le qualifiait de fort opportun et de « très malsain », puisque financé par les contribuables.

Il prenait soin, en fin de publication, de préciser « Je te tague, Mâlik Bensalem, car la moindre des choses est de te laisser le droit de réponse. Tout en espérant que tu ne seras pas contre mon partage de tes publications publiques, pour illustrer mon propos. Et j’espère que tu ne prendras pas cela pour une attaque personnelle, ça ne l’est pas. Tu es certainement un jeune rempli de qualités. Mais ton parcours est illustratif de comment fonctionne la démocratie, donc c’est toi qui sers d’exemple dans mon message. Bien à toi, David. »

S’ensuivirent une foule de commentaires, parmi lesquels ceux de deux membres des Jeunes socialistes de La Louvière, qui s’échinaient à contrer toute critique en mode « C’est pas bien de vous attaquer à Mâlik, il a toujours été engagé, etc etc ».

À l’instar de bien d’autres, j’ai pris part à la discussion pour dire et répéter que le débat ne portait pas sur la personne de Mâlik Bensalem, en effet très engagé dans ses causes, mais bien sur une méthode. Celle qui consiste à promouvoir le PS local (le pouvoir en place depuis des décennies) par le biais d’outils de communication de la Ville financés par ses citoyen.ne.s.

Une question qui n’est pas neuve (elle non plus, voir infra), puisqu’elle s’est déjà posée notamment avec le hashtag #Binradeinchene (n’ayant pu mettre la main sur la vidéo originale publiée à l’époque par le service comm de la Ville sur les réseaux sociaux et sur le site internet de la ville – le lien existe, plus la page -, la voici parodiée par Misèrrre, journal satirique local. Les images sont authentiques, seul le son a été changé par Misèrrre, qui a remplacé le slogan « bî-n râde inchène » prononcé dans la vidéo originale par chacun.e de ses protagonistes – tou.te.s élu.e.s de la majorité – par « biroute en chêne »), avec un budget de 29000 euros (1000 euros de plus, et ça devait être voté en conseil communal) consacré à « protéger les intérêts de la Louvière dans sa relation avec les médias, les citoyens et les autorités politiques » via le financement de services d’une boîte de communication suite aux catastrophes de l’échec de la Strada  et de la retoque par la tutelle du plan de relance post covid, alors qu’on dispose à la Ville d’un service comm de la Ville et que la majorité dispose elle aussi de son équipe d’attaché.e.s, financée elle aussi par des deniers publics. Et puis ceci (paru dans Médor) :

À mon sens, il eut été judicieux et intellectuellement honnête de retirer la bâche de l’hôtel de Ville dès la nomination de celui qui y figure à la tête des jeunes du PS local. Cela ne fut pas fait et les questions que ça pose à David Soors et bien d’autres me paraissent légitimes et en tout cas totalement dignes d’intérêt en démocratie. Il eut été judicieux, dès lors que la question a été soulevée, d’y répondre, ne fut-ce qu’en retirant la bâche à ce moment-là, puisqu’en effet, même si la méthode n’a rien d’illégal, elle est éthiquement douteuse, en tout cas dans la mesure où personne n’a de réponse acceptable à lui donner (prétendre qu’on s’en prend à la personne de Mâlik Bensalem n’étant pas une réponse acceptable. C’est même inacceptable de faire passer ceux et celles qui la posent pour des bourreaux d’une jeunesse investie – je paraphrase -).

La question fut relayée dans les pages locales de la DH, qui reprenaient les propos de David Soors sur Facebook et interrogeaient un autre membre de l’opposition, Xavier Papier (PLUS&CDH) sur le sujet. Ce dernier y annonçait son intention d’interpeller le conseil communal et ajoutait : « il faut arrêter d’être de mauvaise foi en prétendant que la bâche et les brochures ont été éditées avant que ce jeune ne soit associé aux socialistes ou venir dire qu’on ne l’avait pas vu venir ».

Et il joignit les actes à la parole, puisque le mardi 23 novembre dernier, lors du conseil communal louviérois, il interpella la majorité sur la méthode, prenant bien soin, en introduction de sa question, de souligner qu’elle ne porterait en rien sur la personne de Mâlik Bensalem ni sur son engagement, dont il fit même l’éloge.

Je vous laisse découvrir ce moment dans cette vidéo, à 1:05:05 et vous invite à me rejoindre ensuite pour la suite de mon billet.

Vous êtes toujours là ? Je pense que tout cela se passe de commentaire mais je vais tout de même en faire, parce que ce n’est pas rien : non seulement il ne répond pas et ramène le débat exactement là où son interlocuteur a veillé à ne pas le situer, mais en plus le bourgmestre ment, par deux fois, en accusant Xavier Papier d’avoir lancé la polémique. Et une troisième fois en accusant Xavier Papier de s’en prendre à la personne de Mâlik Bensalem.

Je tiens aussi à souligner que cette ambiance de merde, ces cris et invectives n’ont rien d’inédit au conseil communal de La Louvière. Pour les curieux, cet autre extrait, du conseil communal précédent, montre comment la majorité traite l’opposition, ici le PTB (à 1:31:25) et combien la neutralité de la présidente dudit conseil laisse à désirer. Et ici, un désormais célèbre zapping d’un conseil communal enregistré sur Zoom et effacé depuis, on ne se demande pas pourquoi.

Pour la petite histoire, la chose a été depuis commentée sur les réseaux sociaux, des membres du PS local accusant sans cesse ceux et celles qui les interpellent de s’en prendre à la personne de Mâlik Bensalem, l’une d’elle allant jusqu’à traiter publiquement Xavier Papier d’âne.

On pourrait s’arrêter là. Mais en fait je refuse de m’arrêter là. Parce que, comme je vous l’ai montré, ce n’est pas la première fois que ça arrive. Parce que je ne peux pas accepter que la démocratie soit tout le temps bafouée, que la majorité méprise tout qui s’oppose à elle et profère des mensonges. Qu’elle détourne systématiquement chaque polémique en attaquant ceux et celles qui les lancent sur leur personne, et même pire, en tentant de faire croire que nous sommes des ordures qui attaquons des personnes chaque fois que nous posons des questions de fond.

Le PS local avait déjà fait ça l’hiver dernier, quand une vidéo montrant un ouvrier jeter à la main du sel sur les routes avait circulé et que nous nous étions interrogé.e.s sur les conditions de travail de cette personne et sur le manque d’anticipation d’un verglas pourtant annoncé de longue date. Au point qu’une manifestation d’ouvrier communaux avait été orchestrée, avec la complicité du syndicat rouge, pour se plaindre de la manière dont ils étaient considérés par la population.

J’ai toujours pensé que nos élu.e.s locaux.ales étaient pour beaucoup (les plus bruyant.e.s) incapables de réflexion de fond sur la démocratie, la gouvernance et la politique au sens noble du terme, mais je ne peux plus me permettre de me contenter de cette explication. Nous sommes bien dans un système. Qui instrumentalise et qui donc insulte ceux et celles qui travaillent pour lui, ceux et celles qui posent des questions qui le dérangent et qui ce faisant insulte aussi l’intelligence collective.

Et pour terminer sur celui qui n’est pas le sujet de ce billet : Mâlik Bensalem, je te souhaite de tout cœur de jouer ton rôle. De pouvoir le faire. En bousculant tes aînés, en tolérant qu’on puisse questionner leurs décisions, en les questionnant toi-même, en nous montrant que non, « on a toujours fait comme ça » n’est pas un argument. Que si les « jeunes des partis » existent, c’est en grande partie pour nous montrer que ce n’en est pas un.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :